Malade mental ou transsexuelle ou les 2 ?

TRAVESTI, TRANSGENRE, TRANSSEXUELLE

Je pense que le fait de vouloir changer son corps, changer de genre, changer de sexe n’est as en soi une maladie mentale car certaines personne gens qui font ces changements ne sont visiblement pas malades mentaux car ils ont des vies stables et non erratiques après avoir changé et  certains également avant d’avoir changé.

Néanmoins certains troubles mentaux peuvent donner l’envie de changer de sexe.

La schizophrénie par exemple. Le trouble bipolaire en phase UP aussi. Le trouble borderline aussi.

Donc comment être sure que cette envie de changer mon corps n’est pas la conséquence d’une maladie mentale ?

Telle est une de mes problématiques.

Je sais que je ne suis pas schizophrène car je n’ai jamais eu de délire ou d’hallucination et que j’ai une pensée assez claire.

Reste bipolaire et borderline.

Je sais que je ne suis pas bipolaire de type 1 car je n’ai jamais de perte de contact avec le réalité, encore moins pendant x mois.

Un bipolaire de type 2 ne voudra pas changer de sexe dans une phase UP car elle ne provoque pas de perte de contact avec la réalité lui faisant faire des trucs aussi extrêmes.

Bipolaire de type mixte ou a cycle rapide ? J’ai peut être ce trouble mais je doute qu’il entraine une envie de changer de sexe qui dure et il ne serait pas limité à la seule idée farfelue de changer sexe.

Donc je dote être bipolaire. Au pire cyclothymique.

Reste le meilleur pour la fin : BORDERLINE.

Je pense que je suis borderline, même si ce n’est pas un borderline flagrant.

Mais là encore, rien n’est sur car je n’ai jamais eu de diagnostic et que je n’ai pas le symptômes principal borderline : l’impulsivité.

Je suis plutôt une personne réfléchie, rationnelle, qui analyse avant d’agir, la preuve :

  • je n’ai jamais sucé un mec sans préservatif donc je me contrôle bien, même pendant le sexe en femme
  • je n’ai jamais fumé, jamais bu, consommé de psychotrope, ni même de café !
  • je n’ai jamais pris de crédit et jamais eu de découvert et j’achète toujours en solde quitte à parfois attendre x mois avant d’acheter (certes souvent des trucs dont je n’ai pas vraiment besoin…)

De plus je ne fais jamais de truc dingue, de truc dangereux, je n’ai jamais « pété un cable », jamais été hospitalisée en psychiatrie suite à une effondrement psychique, jamais fait de T.S. (même si j’y pense souvent depuis 6 ans).

Enfin, le trouble borderline  en théorie s’atténue  à partir de 40 ans, un borderline aura donc moins de symptômes à 42 ans qu’à 22 ans ou 32 ans.

Or non seulement je n’ai pas eu de symptômes borderline évidents quand j’étais jeune mais vouloir être une femme, qui pourrait être un symptômes borderline, est une envie qui augmente avec l’âge puisque je n’ai même jamais eu autant envie d’avoir un corps femelle qu’aujourd’hui à 42 ans.

Idem pour l’envie de suicide : à 22 ans je n’avais aucune idée suicidaire, à 42 ans j’en ai souvent, quasiment toujours en lien avec le sexe/genre.

D’où mon évolution symptomatique ne colle pas avec une évolution borderline.

Donc pourquoi ai je cette idée plus ou moins obsédante qui consiste à me dire que j’aimerais être une femme, que je suis dans une vie qui n’est pas la mienne car je devrais avoir un corps femelle ?!

Fantasme sexuel obsessionnel ?

Je n’en sais rien.

Cette incertitude est difficile à vivre car elle provoque une anxiété diffuse et empêche de faire le moindre projet de vie.

Je suis perdue et j’en souffre !

Souffrance qui laisse penser que je ne suis pas dans une logique de pervers car le pervers ne souffre pas, il fait souffrir les autres en théorie !

De plus, le pervers ne consulte pas, moi je consulte depuis 6 ans et je ne me vois pas m’en sortir sans jamais voir de psychiatre.

Donc qui suis je ?

Une personne transsexuelle plus complexe que le cas typique transsexuel, une personne trans quelque chose, un maboule, un pervers ?

Enfin,  transsexuelle ET malade mental ?

Je n’en sais rien.

Peut être que je ne suis qu’une réincarnation alien de civilisation plus avancée comme me l’a dit un ami…psychotique !

En tout cas, je n’ai pas envie de mourir sans avoir essayé de prendre des hormones pour voir l’effet sur esprit et le corps !

Peut être que c’est un début de réponse que de voir la prise d’hormones comme quelque chose d’important avant de mourir ?!

Car quelle personne non transsexuelle voit la prise d’hormones comme un objectif dans la vie ?

Publicités

#3-eme-sexe, #bipolaire, #borderline, #fantasme-sexuel, #genre, #lgbtq, #maladie-mentale, #psychiatre, #queer, #sexe, #transgenre, #transition, #transsexuelle, #travesti