Je souffre de transphobie intériorisée ?

Pour moi, un mâle qui se féminise ne sera jamais une femme pour les raisons objectives suivantes :

  • il a été éduqué en homme et donc intégré une partie des privilèges mâles dont la non peur du viol
  • il n’a pas une biologie femelle et même avec des hormones il gardera une prostate, des chromosomes, une ossature non femelle

Je ne pense pas qu’il est homme pour autant, ni un gay ni un malade car j’ai bien compris la dynamique psychique de la transidentité :

  • le genre psychique : homme ou  femme
  • le sexe biologique : mâle ou femelle
  • d’où femme c’est mental et non biologique

Néanmoins, je suis dans une société essentialiste et je pense de ce fait que le corps joue un rôle dans le genre, qu’on ne peut pas le déconnecter totalement, d’ailleurs les gens qui changent de sexe le pensent aussi puisqu’ils changent leur corps à coup de chirurgies (souvent ratées).

Pour moi une mâle qui devient femme est une personne TRANS à savoir une sorte d’hybride, un 3 ème sexe.

Les transsexuelles me disent souvent que je suis transphobe de penser ça.

Je ne suis pas d’accord car pour moi ce qui est anti trans c’est de vouloir à tout prix nier qu’on est trans, vouloir faire croire qu’on est une femme depuis toujours, plus femme que les femelles car on croit que trans est inférieur à femme.

Pour moi travesti, transgenre, transsexuelle, gender fluid devraient être des genres reconnus légalement et socialement et égaux avec homme et femme.

Donc quand je dis qu’une personne est trans et non femme ce n’est pas une insulte.

Mais il y a aussi des raisons plus personnelle pour laquelle je ne vois pas les femmes trans comme des femmes mais comme des trans et que pour moi ces gens sont des « ILS » et non des « ELLES ».

Première raison, je sais qu’ils sont comme moi or je ne me vois pas comme elle (pour diverses raisons dont mon corps mâle), même si je parle de mois au féminin ici par fantasme et jeu.

Et le fait qu’ils soient comme moi fait que je sais qu’ils n’ont pas ce mystère qu’on les gens qui ne sont pas comme moi, ils ne me fascinent pas, ils n’ont pas la magie et la grâce qu’on les femmes à mes yeux.

Donc concrètement je peux baiser avec une femme mais pas avec une femme trans, il y a un blocage mental

Ce qui est intéressant c’est que je n’ai pas ce blocage avec un homme trans : je peux envisager de baiser avec lui et lui dire « IL ».

Surement car pour moi une femme doit me plaire pour être femme à mes yeux or 90% des femmes trans ne me plaisent pas et surement aussi car 90% des hommes trans ne me plaisaient pas en femme car c’était des butch.

Mais je pense qu’il y a une autre raison plus complexe que l’attirance :

Si je n’arrive pas à voir les femmes trans comme des femmes c’est pour me protéger contre l’envie de faire la même chose.

En effet, si j’accepte que les femmes trans sont des femmes, que je peux les appeler elles et les trouver sexy, ça signifie que moi aussi je peux devenir une femme sexy et que donc mon rêve est accessible.

Si la pulsion de devenir femme devient réaliste,  je suis alors en danger de la réaliser, je parle de danger car vois la transition comme une sorte de suicide social, de fuite en avant dangereuse qui peut ruiner ma vie.

De plus, si mon rêve devient d’être femme devient réalisable, ne pas le réaliser signifie que je suis une lavette ou un faux trans qui fantasme, ce qui n’est pas agréable quand le fantasme consiste à se dire qu’on veut être femme.

Bref, faut que je travaille ça avec le psychiatre !!!

Quelque part, mon problème est que je ne suis pas transsexuelle car je ne crois pas que je suis une femme.

Si je ne croyais, ça sera à la fois plus simple et x fois plus compliqué.

Donc de toute évidence je me défends contre l’idée de penser que peux être une femme légitime.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

#genre, #sexe, #sexe-biologique, #transgenre, #transphobie-interiorisee, #transsexuelle, #travesti