Femme à bite ?

Travesti, transgenre, transsexuelle

 

Je voudrais parler d’un sujet qui semble obséder les trans et les non trans quand ils parlent du sujet trans : LA BITE !

Il est souvent attendu d’une personne trans qu’elle déclare détester sa bite et qu’elle soit prête à tout pour se la couper.

Faut il haïr sa bite pour être trans ?

Je suis sceptique.

J’ai parlé avec 2 personnes trans dont la chirurgie à mal tournée (qui se sont retrouvé avec  un trou entre la parois du vagin et de l’anus qui provoquait que la merde entre dans la vagin et provoque des infections et nécessite comme unique solution de dévier la merde vers un sac relié à l’abdomen).

Bref ils sont gravement handicapés dans la vie quotidienne, voient leur estime ruinée et la vie sexuelle est probablement impossible.

En plus elles ont payé 20 ke pour avoir ce problème.

Donc en toute logique elles devraient regretter amèrement la chirurgie et dire que si elle avaient su elles auraient gardé leur bite.

Mais non, elle disent ne pas regretter et que c’est moins pénible que d’avoir une BITE (qui fonctionne !).

Comment peut on préférer à une bite qui marche et un anus qui marche à un trou insensible que personne ne veut pénétrer du fait d’un sac à merde qui pendouille sachant qu’en plus on ne peut plus manger normalement et qu’on se balade partout avec ce sac avec la peur qu’il provoque des odeurs en public ?!

Pour moi c’est clairement soit un signe de dissonance cognitive (on se ment en disant qu’on ne regrette pas car comme on ne peut rien changer on préfère se mentir car c’est moins couter psychiquement) soit un signe de MALADIE MENTALE qu’on pourrait nommer DYSMORPHOPHOBIE.

Du coup je me demande si ces personnes sont vraiment trans ou simplement malades ?!

Et je me demande si la haine de sa propre bite ne traduit pas le fait qu’on n’est justement PAS trans.

Je m’explique : quand on déteste quelque chose c’est que cette chose compte pour nous et si elle compte c’est qu’on lui donne un importance, qu’on valide son existence psychique, un peu comme un homophobique admet en détestant les gays qu’il a peur de devenir gay et que donc il se sent concerné par la sexe gay.

Donc une personne qui déteste a bite déteste peut être le fait d’aimer inconsciemment avoir une bite, elle se dit qu’elle ne peut pas être une femme si elle aime sa bite et donc développe une phobie de sa bite pour se convaincre/rassurer qu’elle est bien une femme.

Moi je n’ai pas de phobie avec ma bite, la voir ne me provoque pas un dégout, tout comme voir mon oreille ne me provoque pas un dégout, tout comme mon caca ne me provoque pas de dégout, tout comme mon urine ne me provoque pas de dégout, tout comme rien en moi ne me provoque un dégoût.

Et rien ne me dégoute car je m’aime et ma bite en particulier ne me dégoute pas car je ne la vois pas comme une bite à savoir un truc que je vais rendre dure avec comme objectif de l’astiquer faute de pouvoir l’enfoncer dans un trou avec l’objectif de me secouer dedans pour jouir !!!

Pour moi ma bite n’est pas une bite, c’est un robinet SUPER PRATIQUE pour pisser dans le lavabo pendant que je me lave les dents et un truc pratique pour jouir en 2 minutes en me branlant en imaginant qu’un homme me prend le vagin et éjacule en moi !

Donc ma bite n’est pas intégrée dans mon psychisme comme une bite, un psyché,alite dira qu’elle n’est pas investie, je ne la vois pas comme un truc identitaire qui me définit et qui m’est indispensable pour jouir mais comme un truc pratique pour pisser et me branler.

Elle ne me pose pas de problème au quotidien, je n’y pense pas, elle est comme inexistante et il m’arrive même de prendre un bain sans même penser la décalotter pour la laver !

Elle me pose problème dans la sexualité avec les autres car quand les autres s’excitent avec elle ça ne m’excite pas et je me sens utilisée/arnaquée car je ne fais pas un truc qui  me parle quand je l’utile comme un homme utiles sa bite.

Et elle me pose problème par sa présence car je me dis qu’elle prend la place du vagin dont je rêve. Donc c’est plus le manque de vagin qui me pèse que la présence de bite car la bite je suis libre de ne pas l’utiliser comme une bite.

 

 

 

 

 

 

Publicités

#3-eme-sexe, #dysphorie-du-genre, #femme-a-bite, #hormones, #mtf, #transgenre, #transidentite, #transition, #transphobie, #transsexuelle, #travesti, #vaginoplastie