Etre trans est il une maladie ?

Travesti, transgenre, transsexuelle

 

Les gens qui ne sont pas du tout trans ont beaucoup de mal à comprendre qu’un mec à savoir pour eux un porteur de bite depuis la naissance puisse dire qu’il est une femme et vouloir se couper la bite pour changer de sexe !

Moi même j’ai eu du mal à comprendre et je ne suis pas sure de comprendre encore à 100% mais j’ai quand même compris assez pour ne pas penser qu’un tel désir relève de la maladie mentale et accessoirement rédiger cet article.

Je note que beaucoup de personne trans sont elles même confuses et qu’elles ne savent pas vraiment expliquer comment elles peuvent « se sentir  » femme avec un corps mâle et du coup pensent que leur envie est une perversion, une maladie ou un fantasme sexuel.

La notion clé pour comprendre est la suivante : LE GENRE.

Les débiles de la manif anti gay parlent de « la théorie du genre » ou du « gender ».

Le genre n’est pas vraiment une théorie mais un concept, un outil d’analyse en sciences humaines mais comme ce n’est pas une vérité absolue démontrée de façon indiscutable on peut toujours affirmer qu’il n’existe pas ou qu’il n’est pas exactement comme ci ou comme ça.

Et cet outil, ce concept est la pierre de voute des « gender studies » et des « queer studies » à savoir des mouvements de pensées universitaires qui étudient l’identité sexuée, la sexualité, le genre et l’articulation qu’il existe entre ces notions et la société.

Bref, on va supposer que le genre existe car la grande majorités des « experts » en science humaine pensent qu’ils existe et  car c’est un outil qui est indispensable pour comprendre la problématique trans.

Donc le genre c’est quoi ?

C’est simple : c’est une structure psychique, une façon de se percevoir et de percevoir le monde, d’interagir avec soi même et avec le monde, de jouir de son corps et du corps des autres…

En encore plus simple : c’est le sexe mental, c’est le fait de se « sentir », de se vivre homme, femme ou autre chose.

Et ce sexe psychique semble très important pour la plupart des gens car ils se nomment eux même non stop monsieur ou madame et nomment les autres comme ça.

Ce genre est un peu le titre  des sans grade, des sans pouvoir : certains sont marquis, d’autres présidents, d’autres docteur, d’autres maîtres, inspecteurs, commissaires…et la masse est juste monsieur ou madame !!

Chez les révolutionnaires on était citoyens ou camarades !

Aujourd’hui, on est MON SIEUR ou MA DAME et certaines se croient encore MA DEMOISELLE. Notons que les DAMOISEAUX sont rares !

Comme je compte appartenir à personne je m’en tape d’être appelée MA dame ou MON sieur…

Mais beaucoup de gens sont hyper accrochés à leur titre !!!!!!

La société nous dit que le genre découle automatiquement du sexe biologique, à savoir dans notre société de ce qui pendouille entre les jambes et qu’on voit dès la naissance à savoir une bite ou une chatte.

Bite = genre masculin => on est un garçon et on devient un homme

Chatte = genre féminin =>on est une fille et on devient une femme

Et comme la société pense qu’il n’existe que 2 sexes (elle conteste que les intersexe à savoir les gens ayant un sexe non classique ou une biologie hors norme constitue un 3 ème sexe) elle les range de force dans une des 2 cases HOMME ou FEMME.

Si on pense que le sexe entraine automatiquement selon la relation ci dessus le genre alors on ne peut que conclure que les trans sont FOUS et ne rien piger à leur souffrance.

Mais si on comprend que le genre (qui est psychique) ne découle pas forcement du sexe (qui est physique) ou même qu’il ne découle pas que du sexe mais d’une autre force (qui peut être sociale ou biologique, peu importe) alors on peut comprendre qu’il est possible d’avoir une bite et de penser sans être dingue (c’est à dire non délirant) qu’on est une femme.

Pour prendre un exemple de geek : dans l’humain ordinateur le genre c’est le soft (logiciel) et le sexe le hard (composants), si le soft ne colle pas avec le hard et bien l’ordinateur va avoir des bugs !

Il ne sera pas totalement HS mais aura des bugs et à un moment le bug peut tout bloquer et nécessiter une intervention sur le soft le hard.

Sur un ordinateur on peut changer le soft plus facilement que le hard, chez l’humain c’est l’inverse, le soft à savoir le genre ne peut PAS se modifier (du moins pas sur commande et pas comme on le veut et la plupart des spécialistes pensent qu’ils est fixe et à vie) du coup on modifie le hard à savoir le corps.

Donc le genre c’est le soft, c’est le logiciel sexué qui gère le corps.

Si on a un logiciel pour contrôler une chatte et qu’on a une bite on est un peu dans la merde pour jouir !

D’où pas mal de trans sont asexués ou auto-érotiques voire dégoutés par le sexe.

Donc si vous expliquez ça à une personne qui pense que les trans sont malades mentaux elle devrait revoir son jugement en partie.

Si elle continue à penser que quand même « c’est dingue de se dire femme quand on a une bite » voici une autre explication qui fera mouche :

Imagions que cette personne soit un homme normal à savoir un mâle (un humain avec une bite) qui se sent homme et adore être un homme et adore enfoncer sa bite dans des trous de femme.

Si on suit la logique de cette personne à savoir que « sans bite on ne peut pas être un homme » alors si cette personne perd sa bite dans un accident elle se sentira non homme et donc femme (car elle pense probablement qu’il n’existe que 2 genres).

Elle pourrait alors dire qu’elle se sentira homme castré !

Alors proposez lui un autre exemple : si elle se rêveille par miracle (pour elle plutôt par malédiction !) avec un corps 100% femelle (vagin, ovaire, seins, chromosomes…) mais en gardant son esprit actuel à savoir un esprit d’homme qui fait qu’elle adore bander, enfoncer sa bite dans des trous et éjaculer dans des trous.

Est ce qu’elle se sentir soudainement femme et dire de suite qu’elle est une femme car elle n’a plus de bite mais une chatte ou elle continuera à penser qu’elle est un homme et que les autres devraient la traiter comme tel ?!

Quand on demande ça à un mec il répond souvent qu’il se sentira hyper mal et qu’il envisagera le suicide et fera avant tout ce qu’il peut pour redevenir un mec.

Et biens les trans sont dans ce cas : un esprit femme mais pas de corps femelle d’où dissonance entre le corps et l’esprit.

Reste à déterminer ce qu’est un esprit femme…pour simplifier on dira que c’est le fait de penser qu’on est une femme ou de vouloir être une femme, moi je pense que c’est vouloir se faire remplir pour jouir et vouloir se faire remplir tout court (physiquement et psychiquement).

Une fois qu’on comprend la différence entre GENRE (psychique) et SEXE (physique) la situation trans semble bien plus simple à comprendre et à accepter.

Pourquoi je pense que beaucoup de trans ne pigent pas cette différence ?

Car pas mal de gens ici se disent 3 ème genre (ou sexe) et quand on leur demande en quoi ça consiste ils répondent que c’est avoir un cerveau femme avec une bite et des seins et donc mélangent genre et sexe, mélange psychique et corporel et donc ne savent pas ce qu’est le 3 ème genre.

Le 3 ème genre serait le fait d’avoir une psychisme à la fois homme et femme ou aucun des 2 et donc de ne vouloir être ni homme ni femme ou les 2.

Or quand on pose la question à ces gens qui se disent 3 ème genre s’ils feraient la démarche de se masculiniser pour ne pas être 100% femelle physiquement (via chirurgie, hormones, travestissement) s’ils se réveillaient dans un corps 100% femelle et leur cerveau actuel ils répondent TOUS que NON et qu’ils seront heureux de leur corps femelle et une vie de femme.

D’où ces gens ne sont en RIEN 3 ème sexe puisqu’ils ne veulent pas être un mélange homme femme physiquement mais une femme, ils sont 100% TRANS !!!

A savoir qu’ils ont un genre FEMME (qui réclame un corps femelle) avec un corps mâle !!!!

Il n’y a rien de pathologique à avoir un genre femme avec un corps mâle.

Ce n’est pas facile à vivre mentalement (vaut mieux avoir un corps femelle si on a un genre femme), c’est un handicape social, mais rien ne prouve que c’est une maladie ni même une erreur de la nature.

J’ai compris que les trans n’étaient PAS des malades mentaux quand j’ai découvert (en plus de comprendre cette histoire de genre) qu’il y avait des personnes trans avec une NORMALE avant la transition et NORMALE après la transition.

Mieux, il y a des tas de trans avec une vie affective et professionnelle très riche et sans comportement erratique pendant 40 ans !

Or une personne avec une maladie mentale sérieuse ne peut pas tenir une vie affective stable, un job exigeant, elle peut faire illusion un moment mais finit par craquer sous le stress, souvent assez vite pour ne jamais se remettre.

Du coup l’existence de trans qui sont navy seal (Kristin Beck), qui gagnent une médaille d’or aux J.O. (Bruce Jenner) ou sont  P.D.G. de génie (Martine Rothblatt) ou chirurgien à succès (Maci Bowers) démontrent que trans n’implique pas maladie mentale.

Bien entendu on peut être trans ET malade mental à savoir avoir une maladie mentale (comme n’importe qui de non trans).

Et du coup la maladie mentale ne devrait pas être une excuse pour empêcher les gens de faire une transition.

Et on peut penser que certains trans qui finissent dans la drogue, la déchéance, la prison, la rue, bref deviennent des marginaux malheureux   et n’arrivent à rien ni avant ni après la transition sont malades mentaux (en plus d’être trans et que s’ils n’aient pas trans ils auraient quasiment autant de problèmes, le problème trans ne faisant que rajouter une couche à un bilan déjà gratiné !).

Notons pour finir que dans certaines cultures les trans sont perçus comme des êtres supérieurs et magiques !

Voilà,  la leçon est finie, pour aujourd’hui !

 

Publicités