Théorie générale sur le phénomène transsexuel

Travesti, transgenre, transsexuelle

 

 

Selon moi ce qui pousse l’humain à agir c’est une seule chose : la pulsion qui provoque le désir et l’élan vital

Par pulsion j’entends une énergie qui provient du corps qui s’accumule dans le corps et qui au bout d’un moment réclame à sortir sous peine de provoquer des symptômes désagréables comme une tension et à terme l’obsession de calmer la tension.
C’est en gros ce que disait Freud et ses amis je pense. Ya rien de nouveau donc dans ma théorie pour qui est un peu cultivé en psychanalyse.
La nouveauté (il y a surement des gens qui disent la même chose donc c’est nouveau pour moi mais à l’échelle de l’univers mais j’ai jamais lu d’explication du genre de ce type !) c’est que j’applique cette vision aux trans et à tous via le concept de GENRE ou d’identité sexuée.
Selon moi ce qui distingue les hommes et les femmes c’est une forme de pulsion différente, spécialement pour ce qui touche à la partie sexuelle de la pulsion.
Par partie sexuelle j’entends la part de la pulsion qui peut s’évacuer par l’activité sexuelle. Il y a une partie qui peut s’évacuer autrement, via l’art, la socialisation, l’activité non sexuelle.  La preuve : des gens arrivent à vivre heureux dans sexualité !
Je pense qu’il y a un certain degré de vase communiquant entre les 2 types de pulsions : la pulsion sexuelle peut dans une certaine mesure s’évacuer par autre chose que le sexe et la pulsion non sexuelle par le sexe. Et je pense que l’évacuation la plus puissante, celle qui calme le plus et rend le plus heureux c’est évacuer la pulsion sexuelle par le sexe car c’est la pulsion la plus tyrannique. Et je pense aussi que la pulsion globale et la pulsion sexuelle en particulier est plus ou moins forte chez les gens. Elle diminue avec l’âge.
Quand on est un homme c’est à dire qu’on à un genre masculin c’est à dire qu’on se « sent homme » ou qu’on veut être un homme on a une pulsion sexuelle qui a la particularité de pousser à vouloir envahir le corps de l’autre avec ce qu’on a (les doigts, une main, une bite, un gode…) afin de faire perdre le contrôle à cette personne via ce qu’on lui fait ressentir en entrant physiquement dans son corps. C’est comme ça qu’un homme évacue la pulsion. L’homme se sent comblé et puissant quand il fait perdre le contrôle de l’autre avec comme outil sa bite et qu’il dépose du sperme dans le corps de l’autre comme une preuve que l‘autre lui appartient, il marque l’autre en quelque sorte en lui faisant ressentir quelque chose de puissant, en fécondant l’autre mentalement et physiquement. Ya une volonté d’emprise sur les sensations de l’autres et sur son corps.
Le corps le plus pratique pour évacuer ce type de pulsion est un corps mâle avec une bite qu’il faut apprendre à contrôler pur pouvoir l’enfoncer avec succès dans des gens qu’on va faire crier sous les coups de bites !!!!
On pourrait répondre en disant : mais les gays passifs alors ?  Ils ne sont pas hommes ?
Je répondrais ceci : tout d’abord les gens 100% gays sont très rares, les gays 100% passifs encore plus rare de tel sorte que beaucoup d’homme dits gays se comportent en homme en étant celui qui pénètre avec des hommes (et parfois même des femmes). Ensuite cette pulsion masculine est présente chez tout le monde à divers degré, les hommes comme les femmes sauf que chez les hommes elle sera x fois plus forte et sera LA voie royale pour écouler la pulsion sexuelle.
Autrement dit not sommes tous un mélange de masculin et de féminin mais les hommes sont ceux qui ont tellement de pulsions masculines qu’ils ne peuvent pas se sentir femme et les femmes ceux qui ont tellement de pulsions féminines qu’ils ne peuvent que se sentir femme.
Il y a surement des gens qui se sentent 50/50 ou qui ne se sentent rien. Mais la grande majorité des gens fonctionne sur un mode masculin ou un mode féminin niveau pulsion et donc se sent homme ou femme.
Quand on est une femme à savoir une personne qui se sent femme ont évacue la pulsion en sens inverse : on a un besoin mental d’être pénétré, de sentir l’autre en soi, la jouissance passe alors non pas par le contrôle mais le lâcher prise, s’ouvrir pour que l’autre envahisse notre corps et nous fasse ce qu’il veut du moment que ça nous procure des sensations fortes. Ya une volonté de se donner à l’autre, de se laisser faire, d’être possédé et de perdre les repères.
Le corps le plus pratique pour évacuer ce type de pulsion est un corps femelle car il offre un trou très sensible qui permet de recevoir des bites et d’enchainer les orgasmes, les seins sont aussi hyper pratiques car ils permettent de ressentir une forte excitation quand ils sont touchés correctement avec aucun besoin de faire quoique ce soit pour maintenir la tension sexuelle contrairement à un corps mâle qui doit se concentrer et lutter pour ne pas débander et ne pas éjaculer.
Pour être bien dans sa peau et heureux il faut un équilibre entre niveau de pulsion et évacuation de la pulsion sexuelle.
Si pas assez de pulsion on se sent peu dynamique, sans but voire mort. Il est intéressant de noter que les dépressif n’ont plus de libido ! A mon sens la perte de libido n’est pas la conséquence mais la cause de la dépression ou du moins joue un rôle dans le dépression.
Si  trop de pulsion mais pas de moyen d’évacuer on se sent mal, tendu, insatisfait et irritable et on finit obsédé par la pulsion.
Et les trans dans tout ça ?
Je dirais qu’une personne trans a une pulsion classique de type féminine, donc elle a un genre femme comme une femme normale mais son problème réside dans le fait d’avoir un corps mâle donc un corps qui ne permet pas d’évacuer la pulsion féminin de façon optimale.
D’où une pulsion bloquée ou mal évacuée.
Elle va devoir inventer des stratégies pour évacuer sur un mode femelle : fantasme sexuelle où elle se voit femme, travestissement et masturbation en femme, sex passif avec des hommes, socialisation en femme…Elle peut évacuer par la sodomie mais son problème réside dans le fait que la pulsion féminine réclame une sodomie faute d’avoir un vagin et que si elle est perçue en homme durant cette sodomie elle fera un blocage. D’où la personne trans ne peut pas évacuer via une sexualité gay, de façon purement anale, il lui faut une rôle de femme et un vagin, comme une femme normale.
Elle peut aussi trouver un autre moyen de réguler le problème : plutôt qu’augmenter l’évacuation elle peut diminuer le niveau de pulsion en mettant la machine à pulsion dans une sorte d’hibernation pour ne pas devenir dingue à cause du trop plein, elle va alors devenir asexuée, auto-érotique (moins excitant que la surprise du sexe avec l’autre et plus simple à évacuer) et cet état s’accompagne souvent de sensation de dépression, de vide, de non vie, de ne plus avoir un élan vital.
Je dirais que la plupart des trans sont plutôt dans le blocage de la source d’où ils disent que leur envie n’a rien à voir avec la sexualité car en effet y’a zéro libido et une sorte de phobie de la sexualité car comment évacuer avec un corps qui n’est pas équipé pour évacuer ?
Peut être que certains travestis hyper sexe sont des formes de trans qui n’arrivent pas à bloquer la source et donc ils misent tout sur le sexe compulsif car faute de pouvoir évacuer beaucoup d’un coup on veut évacuer non stop ?!
J’ai moi même été un travesti assez sexe pendant x années, après avoir été plutôt auto-érotique (puceau jusqu’à 22 ans sans en souffrir du tout) et là je suis assez en mode auto-érotique et très mentalité dans l’évacuation de la pulsion.
Je rajouterais que lutter contre la pulsion en essayant de la mettre en hibernation consomme de l’énergie et donc permet d’évacuer un peu une partie de la pulsion hiberne mais qu’en contrepartie on se retrouve avec encore moins d’énergie pour faire quoique ce soit.
Je pense très clairement que j’ai un type de pulsion féminine et que mon corps mâle est un barrage pour évacuer la pulsion.
Pour évacuer la pulsion j’ai besoin d’un corps femelle car j’ai besoin de recevoir en moi des bites en étant considérée par l’autre comme une femme. Et être considérée comme femme n’est pas un détail, c’est même le point le plus important car recevoir une bite d’un mec gay ne m’intéresse pas du tout, peut être car s’il est gay je sais que sa propre pulsion est tournée vers ma bite et que donc je me retrouve en danger de devoir évacuer sa pulsion en faisant le mec avec lui ? Idem pour le fait de recevoir des bites en ayant une apparence de mec, ça ne m’intéresse pas du tout.
Donc au delà de l’évacuation par la bite de l’autre j’ai besoin probablement d’évacuer socialement en ayant un rôle de femme, la sexualité n’étant alors qu’un acte social, de reconnaissance par soi et par autrui d’une identité femme. Je suis en gros femme en agissant socialement en femme et en ayant une validation de l’autre.
Jouir de se prendre des bites et jouir de simplement être une femme socialement et dans le miroir.
Je pense que tout le problème trans réside dans cette recherche de jouissance sexuelle et sociale en femme, seule solution pour évacuer une pulsion féminine qui réclame de la bite et un corps pour en recevoir.
Alors la question pourrait être pourquoi des trans ne baisent jamais avec les hommes et se disent fouines ?!
Je ne sais pas mais je note que ces trans ne veulent pas évacuer la pulsion en enfonçant leur bite et que donc ils n’ont pas une forme de pulsion masculine. Ils ne sont donc pas hommes.
Peut être qu’il y a une rigidité qui fait qu’on continue à baiser avec les femmes comme avant car les hommes font peur ? Peut être qu’il y a aussi l’identification au corps mâle qu’on n’a pas envie de risquer de constater en baisant avec un mec ?  Un rejet tel de son propre corps mâle que baiser avec un homme est impossible car on va se souvenir ce qu’on était avant ?!  Cette théorie est possible car moi même je n’aime pas voir des hommes nus car je trouve le corps des hommes moches. Mais la pulsion féminine est trop forte et il me faut un homme qui s’occupe de mon corps pour être bien dans la sexualité !
Donc je pense que si je ne change pas mon corps pour le faire ressembler à un corps femelle je ne pourrais jamais probablement me sentir bien car il y aura toujours ce déséquilibre entre la pulsion et les moyens pour l’évacuer et ce blocage ruine toit ma vie.
Publicités