Question sur le genre dans l’enfance

Travesti, transgenre, transsexuelle

 

Je crois que le genre ne m’a jamais obsédé, en particulier celui des autres, je n’ai jamais pensé que je devais me comporter de façon différente avec les gens selon leur genre et je n’ai jamais traité les filles de façon différentes, pour moi les filles étaient des garçons comme les autres !

Peut être car je me sentais proche des filles sans m’en rendre compte et que physiquement je savais que j’étais comme les mecs donc je me sentais proche des 2 et du coup le sexe des gens avec qui je jouais ne m’a jamais semblé un truc important.

J’ai 3 souvenirs lié au genre :

1) Vers 6 ans 

J’étais très copain avec une fille qui me plaisait, on faisait du vélo ensemble et elle apportait des sandwiches pour picnic, je crois que je me sentais un peu comme son mec…

Une fois sa grand mère m’a proposé d’aller avec elle à la danse classique.

 

Je me souviens très bien ce que je me suis dit : « je ne peux pas aller à la danse car je vais être obligé de danser en collants roses pour filles et toute la salle de spectacle (je voyais un truc genre Olympia avec une foule et des protecteur !) va se foutre de moi car je vais être ridicule ».

A première vu ça fait plutôt garçon qui refuse de passer pour une fille donc genre homme.

Est ce que je pensais que je serais ridicule car je suis un garçon et que tout le monde le sait moi compris et qu’un garçon en fille c’est ridicule ?

Ou alors je me disais que je n’étais pas un garçon et j’avais peur que ça soit évident si je danse en collants ?

Je crois que j’avais une double peur : danser devant une foule et être ridicule car je ne sais pas danser et porter un collants rose pour fille et être ridicule car c’est réservé aux filles !

En tout cas c’était évident que j’allais subir le ridicule. Ce qui laisse supposer que javas déjà du vivre une expérience ou un garçon a été ridiculisé car il faisait un truc de fille et que j’avais intégré les normes du genre et que je savais que je devais suivre celles des garçons sous peine de moqueries.

Est ce que ça signifie que je me sentais garçon ? Pas forcement. Ca peut signifier simplement que je savais comment je devais agir (en garçon)  et que je le faisais pour éviter le ridicule. Le fait d’avoir conscience du ridicule brouille donc les pistes.

Je ne veux pas me mettre en fille mais pas forcement car je me vois garçon et que je veux être vu comme tel mais car je sais qu’on va se foutre de moi. C’est la moquerie qui me guide vers le non collant et non l’idée que j’ai pas envie de porter un truc de fille car je veux m’affirmer en garçon.

Mon psychiatre a dit : « c’est pas une réponse de garçon ». 

En tout cas c’est pas non plus une réponse de fille libre d’être fille mais au mieux de fille qui sait qu’elle doit se comporter en garçon ou de garçon qui sait qu’il doit se comporter en garçon.

Selon le psychiatre un garçon normal n’aurait pas pensé aux collants ni à la peur de passer pour une fille mais au fait de danser et de s’amuser avec sa copine.

Et c’est vrai que c’est un peu étrange de penser « collants roses et moquerie des gens » alors même que la grande mère n’a jamais parlé de collants mais juste de danse !!!

Et si je pensais être garçon et que les autres le savaient  et que je savais que les garçonspne portent pas des collants de fille pourquoi je pensais d’office qu’on allait me donner un collant de fille rose ?  J’aurais pu penser avoir un collant bleu pour garçon ! Peut être que je voyais la danse comme un truc sans garçon ? 

La grand mère n’a pas dit que j’allais m’habiller en fille, ni même que j’allais danser mais juste l’accompagner !!!!!

Et moi je me suis fait tout un film avec anxiété apriori importante (puisque je m’en souviens à 42 ans) avec l’idée de m’habiller en fille devant une foule de gens qui vont se foutre de moi !!!!!!!!!!!

Ya quand même quelque chose à creuser dans cette réaction, non ?

2) Vers 13 ans

J’avais beaucoup porter des joggings et des baskets de marque, c’était un signe de prestige à cet âge ! 

Une fois je me suis dit : « ouf, heureusement que je ne suis pas une fille car y’a aucun choix en basket pour fille et je devrais alors porter des chaussures de vieillards »

Encore une fois je montrais que je savais que porter des basket pour fille quand on est un garçon était INTERDIT !

Je me suis quand même dit que je n’étais pas une fille…

Mais c’est quand même une drôle de réflexion. J’aurais pu me dire heureusement que je suis un garçon car les filles c’est faibles, c’est nul en foot, c’est nul en baston, ça chiale, ça joue à des jeux nuls, ça doit faire la cuisiner et rester à la maison…mais moi je parle de…CHAUSSURES ! 

Sois finalement une préoccupation…de filles !!!!

3) Vers 16 ans 

Je suis dans le bus avec ma mère et je vois entrer et marcher vers moi une fille de mon école, une jolie blonde qui m’impressionnait et à qui je n’avais jamais parlé.

Et je me suis dit : « wow, quelle classe, quelle élégance, avec des cheveux blonds longs et son manteaux noir, j’aimerais avoir la même classe, je vais commencer à porter comme elles des manteau longs noirs  » 

Je ne me suis pas dit que je voulais la sauter, la voir nue, la draguer, mais que je voulais avoir la même classe qu’elle !

Donc je prenais comme modèle vestimentaire…une fille ! Je me suis clairement identifié à elle alors que je ne me prenais pas pour une fille.

Suite à ça ma mère m’a acheté un manteau long que j’ai porter par dessus un blouson en cuir style Fonzie et je me prenais pour Terminator dans les couloirs de l’école car ça faisait une carrure de robot !!!

3 histoires où je pense au genre spontanément alors qu’il n’y avait pas vraiment de raison de penser à ça.

Qu’est ce que ça signifie ? J’en sais rien !

Que je suis un mec ? Merde !

Je dirais plutôt que je ne pensais pas trop à moi comme un humain avec un genre mais comme un gamin sans genre qui vit hors de la sexualité.

Publicités