Le lacher prise

Travesti, transgenre, transsexuelle

 

 

Une des raisons pour lesquelles je n’aime pas le sexe en homme c’est que je n’arrive pas à lâcher prise.

Je me sens faux, acteur, spectateur, tout sauf authentique quand j’enfonce ma bite dans une personne.

Je suis dans une logique où je veux faire jouir l’autre et non jouir moi même donc je me sens un peu exploité, assigné au sale boulot.

D’après Léo Bersani et son livre sur le rectum c’est assez normal comme comportement quand on est actif.

En effet, selon lui l’actif prend du plaisir, jouit dirons nous même si selon Bersani il ne jouit justement pas, à faire jouir l’autre.

Ce qu’il cherche selon Bersani ce n’est pas la satisfaction liée à la jouissance sexuelle mais la satisfaction liée à la sensation de CONTROLE.

Se contrôle en gardant la tête froide, tout en faisant perdre la tête à l’autre, renforcer la cohérence du moi grace au corps en faisant éclater le moi de l’autre par son corps.

Cette recherche mentale de contrôle ayant surement un lien étroit avec la positon « pénétrant » car l’homme actif est obligé de bander, de maintenir l’érection, de retarder l’éjaculation, de faire attention à ne pas faire mal en étant trop brusque, de bouger…

Tout ceci demande une grande concentration et une bonne maître de soi et des ses émotions.

Et bien je ne fonctionne pas mentalement comme un actif mais 100% comme un passif !

En effet, pour trouver un intérêt au sexe j’ai besoin de lâcher prise, de me laisser aller, de me donner, de me perdre, de ne plus savoir qui je suis, où je suis ni ce que je veux !

Et cette sensation de lâcher prise j’arrive dans une certaine mesure à la vivre quand un homme me pénètre alors que je suis en femme.

Et quand ca arrive cette perte de contrôle c’est GENIAL, c’est 1 million de  fois mieux que ce que je ressens en étant actif.

Ca n’arrive pas souvent de perdre le contrôle à 100% mais ce n’est pas grave dans la mesure où même quand ca n’arrive pas l’expérience globale d’être une femme avec un homme me fait sentir A MA PLACE et donc me permet d’évacuer mes pulsions de façon satisfaisante.

En clair même quand le mec à une petite bite,  que j’ai à peine eu le temps de sentir quelque chose qu’il a déjà éjaculé et bien je trouve ca plus épanouissante que de faire le mec actif avec une femme.

D’autant plus que je peux lâcher prise en me faisant caresser les tétons…

Peut être que le fait d’ouvrir mon anus, d’accepter la bite en moi est déjà un lâcher prise physique suffisant pour calmer la pulsion passive et que le fait de me sentir A MA PLACE est signe qu’il y a un lâcher prise mental avec acceptation d’un genre féminin ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités