La burqa, paradis des transsexuelles ?

Travesti, transgenre, transsexuelle, trans

Je ne déteste pas mon corps mâle et je ne déteste pas ma vie d’homme.

Donc je ne suis pas trans ?

Je pense que c’est plu compliqué de ca d’être trans.

Quand je dis que je ne déteste pas mon corps je veux dire que je le trouve beau dans la catégorie mâle (j’aurais pu avoir pire) car il est bien proportionné et pas hyper masculin.

De plus j’aime mon visage car il n’est pas non plus hyper masculin et je suis perçu comme un homme  BEAU.

Or dans la volonté d’être femme il y a clairement une envie de plaire, d’avoir LE pouvoir de la femme : le pouvoir de séduction avec le corps !

J’ai donc une partie du pouvoir de séduction que je juge être un pouvoir féminin et donc j’ai une petit part du gateau femme car je ne fais pas homme hyper typé homme.

Pour ce qui est de la vie d’homme, je dirais que je ne la déteste pas car je n’ai pas de vie d’homme !

En effet, j’ai une vie d’ado, de personne sans genre  car je n’ai aucune responsabilité sociale où le genre pourrait être mis en avant : je ne suis pas père, je n’ai pas de job (où je commande des gens comme un homme qui veut le pouvoir !), je n’ai pas de femme, je vis avec mes parents et je passe ma vie à zoner online et à penser si oui ou non je suis trans entre 2 séances de psychiatrie.

Mais si je ne déteste pas ma vie c’est aussi car je ne me sens PAS en vie. Donc ya rien à aimer ou à détester puisque ma vie n’est pas vraiment la mienne.

Pour comprendre pourquoi je dis que je ne me sens pas en vie : j’ai assez peu d’émotions, en particulier positives, j’ai bien de la dysphorie que je pense lié au genre mais au delà de ca je suis dans une sorte d’hibernation émotionnelle depuis quasiment toujours.

Rien ne m’enthousiasme, rien ne me fais vibrer, rien ne me dérange vraiment, tout glisse sur moi comme de l’eau sur un dauphin !

Tout ce que je fais est comme diminué en intensité par une sorte de VOILE qui ternit tout.

Au lieu de regarder le match de foot en live au stade je ne regarde  sur un écran 36 cm noir et blanc tout seul 3 ans après !

Et ce que cette déconnexion par rapport aux emotions, ce coté blasé de tout, nihiliste, où je me sens là sans être concerné par ce que je fais, en particulier quand je suis avec des gens qui font quelque chose qui semble leur plaire, est lié au genre ?

C’est un peu comme si j’étais dans une sorte de dissociation constante avec moi même (dépersonnalisation) et avec l’extérieur (déréalisation) mais light, qui ne provoque pas d’angoisse et d’urgence à être chassée et que je chasse en m’habillant en femme pour baiser et en faisant des achats compulsifs en solde !

Donc soit je suis un malade mental assez lourd soit je suis authentiquement trans car de toute évidence je ne fonctionne pas de façon viable et épanouissante.

 

 

 

 

 

Publicités