Les hormones, est ce du suicide ?

Travesti, transgenre, transsexuelle

 

Je vis avec mes parents anti trans (enfin mon père now car ma mère est morte l’année dernière) et  donc je ne peux pas me mettre en femme chez moi.

Sachant ceci, on peut se dire que mon envie de prendre des hormones pourrait être remplacée par un travestissement fréquent et que donc je devrais attendre d’avoir testé cette solution de travestissement au quotidien avant de tester les hormones car les hormones sont un trucs dangereux pour la santé et qui peuvent changer le corps de façon irreversible.

Si le travestissement chasse le mal être et permet de trouver un sens à la vie pourquoi changer le corps en effet ?!

Pourquoi prendre un marteau pour écraser une mouche ?!

Sauf que je doute que le travestissement  soit assez efficace pour 2 raisons qui touche à la notion de SENS :

  1. besoin d’affirmation : je ne me vois pas m’habiller en femme et rester planquée chez moi comme un lepreux qui a honte: j’ai besoin de me monter, de sortir, d’interagir en femme, de me sentir libre. Or si je sors avec mon corps actuel je serai pris pour un homme en robe . Et je n’ai aucune envie d’être pris pour un homme en robe. Ni d’ailleurs pour une femme à bite. Je veux être perçue comme femme normale, à la limite femme trans mais pas comme un mec déguisé ou une créature hybride. D’une part à cause de la discrimination et d’autre part car je ne m’habille pas en femme pour cacher et mentir mais pour montrer et être authentique. En femme je touche à une forme de vérité et cette vérité est vitale, je dirais que c’est elle qui donne un peu de sens à ma vie. Est ce que c’est une affirmation d’un genre femme que j’ai passé ma vie à nier en me disant que tout ca n’était qu’un jeu sexuel ? Peut être. Quelque soit la réponse, il me faut un corps femelle si je veux sortir en public en étant perçue comme femme.
  2. sexualité : je suis 100% passive au lit, il me faut donc un homme viril qui me remplit par tous les trous (y compris mon vagin imaginaire) pour que ma vie sexuelle prenne un sens. Je n’ai aucune envie de sexe en homme avec les femmes et je ne me vois pas du tout en femme avec une femme mais alors pas du tout ! J’aime la dynamique masculin/féminin, l’opposition de genre dans la sexualité et le jeu amoureux. Je trouve ca érotique et excitant. Le sexe gay ne m’attire pas du tout, ni homme/homme ni femme/femme. Je peux le faire mais il n’a aucun sens. Le sexe homme/homme n’a aucun sens car je ne me sens pas du tout gay et pas du tout homme dans la sexualité. Le sexe femme/femme ou homme/femme n’a aucun sens car j’ai un besoin visceral de recevoir en moi une bite, sans ca je ne prends pas mon pied, de plus je suis jalouse de la femme car elle est plus féminine que moi. Donc la seule sexualité possible pour moi est moi en femme avec un homme. Avec un homme qui me voit femme et qui aime les femmes puisque je veux m’affirmer femme. Or pour ca il me faut un corps femelle. Pour attirer et garder un homme aimant les femmes je dois lui offrir une chatte et des seins.

Donc dès que je serais libre de faire ce que je veux car vivant seule je compte avoir un minimum de vie sociale en femme et j’essayerai de me mettre en couple avec un homme car je sens que j’ai besoin d’un homme dans ma vie.

Or si à ce moment j’ai un corps masculin rien ne sera possible, ni la vie sociale ni la vie de couple. Au mieux je devrais raser les murs la nuit et me contenter de sexe sans relation amoureuse avec des sex addicts.

Donc le corps femelle est un outil dont je ne peux pas me passer si je veux donner un sens à ma vie sociale et sexuelle.

C’est probablement le fait de ne pas avoir cet outil qui fait que ma vie actuelle n’a aucun sens et que j’aimerais bien mourir physiquement car je ne me sens pas en vie mentalement.

Donc commencer les hormones semble non seulement une bonne idée mais ne pas le faire de suite semble une mauvaise idée car plus tôt je commence et meilleur seront les effets sur le corps. Et si ca me soulage mentalement comme je le suspecte à quoi bon repousser ce remède à la dysphorie ?

Le plan de vie est alors le suivant : transformer mon corps petit à petit pendant que je vis avec mon père et que j’ai de ce fait une sécurité financière et psychique car une fois qu’il sera mort je risque de ne pas pouvoir faire face à tous les problèmes si en plus je dois porter la dysphorie de genre qui me bouffe comme maintenant.

La dysphorie actuelle seule je peux supporter, les problèmes futurs seuls je peux peut être supporter. Mais les 2 ensemble je vais craquer car la dysphorie me bouffe toute mon énergie et donc je n’ai pas les moyens de régler d’autres problèmes en plus, problèmes qui vont arriver tôt ou tard.

D’où les hormones sont quasi un rémède urgent et au lieu de repousser je dois foncer !

Publicités