Le suicide trans ?

Travesti, transgenre, transsexuelle

Je pense assez souvent au suicide. Depuis environ 7 ans. Soit depuis une rupture amoureuse avec une femme qui me donnait une sens au fait d’être homme.

Quasi toujours cette idée de suicide est lié au genre ou au sexe.

Je peux y penser si je me dis que je vais être handicapée ou gravement malade par exemple mais l’idée est surement banale de se tuer si on est diminué gravement. Le faire car on n’est pas femme est moins banal.

Je vais essayer de lister pour la x ième fois les moments où je pense au suicide car j’aime bien lister et ça m’aide à comprendre.

L’idée suicidaire la plus fréquente est une idée de suicide à moyen/long terme.

Elle consiste à penser que ma vie ne me convient pas car je ne suis pas une femme mais qu’il est plus rationnel de rester homme que d’être trans.

Je me dis que je tiens le coup jusqu’ici en homme mais qu’un jour viendront se greffer d’autres problèmes (santé, argent, mort de mon père…) et que ces problèmes seront la goutte de sperme qui fera déborder les couilles et alors je devrais me tuer un peu malgré moi car incapable de gérer le quotidien.

Ce projet de suicide n’est pas urgent quand il apparait mais il est très réaliste et risque de se produire un jour.

C’est on peut dire une sorte d’idée suicidaire structurelle, toujours présente en background et ne nécessite pas une cause extérieure.

La 2 ème forme de suicide est une forme plus soudaine, plus violente, plus fluctuante et elle est provoquée par la vision des femmes.

Par exemple voir une femme dehors qui me plait peut me donner envie de me suicider vraiment pendant 5, 10, 15 minutes.

Il y alors une forme de dépersonnalisation où je me dis que je devrais être elle et que je ne le suis pas et que donc je dois me tuer. Je me sens comme anéanti. Au fond du trou. C’est une vraie envie d’en finir de suite, sans rien planifier.

C’est une idée suicidaire très impulsive, qui peut arriver n’importe quand mais qui n’arrive pas souvent (quelques fois dans ma vie mais assez récente donc normal que peu fréquente sur l’ensemble de ma vie) et qui ne dure pas plus que quelques minutes.

J’ai enfin une 3 ème forme de suicide qui est un mélange des 2 autres et que j’ai depuis longtemps.

C’est quand je suis dans le fantasme d’être une femme, que je regarde un truc porno pour évacuer la pulsion, que je me branle et que tout retombe, que je me dis que je ne suis pas pas femme, pas trans mais juste un homme pervers soumis à ses fantasmes et que jamais je ne vais changer de sexe.

C’est bien l’idée de ne pas être trans qui provoque l’idée de suicide, un suicide sans date précise, quand j’en aurais marre de toute cette comédie sexuelle !

Donc dans les 3 cas le suicide est lié à l’idée que je ne suis PAS femme ou PAS trans mais homme en robe qui fantasme pour une motivation sexuelle et non identitaire.

En quelque sorte je veux me tuer car je me sens imposteur en homme (premier cas où je me dis que je devrais être femme ) ou imposteur en femme (3 ème cas où je me dis que je suis un mec qui fantasme). Et dans le 2 ème cas je veux me tuer car il y a une perte de quelque chose, un vide psychique provoqué par le constat que je ne suis pas la femme qui me plait !

Parfois après que je me branle je ne pense pas au suicide, je peux redevenir normal, mec plus ou moins viable en mec.

J’ai noté que le suicide lié au sexe était lié au porno et donc à la vision d’une femme. Quand je me branle sans regarder de porno, avec juste l’idée que je suis femme sans voir de femme en vrai ou image online alors il n’y a pas d’idée de suicide mais plutôt un bien être après l’éjaculation.

Et la sensation de redevenir un mec normal arrive quand j’ai pu rester en femme  pendant x heures.

Je crois que l’éjaculation est alors un moyen d’en finir, de conclure une expérience de travestissement en soi suffisante pour retrouver un niveau de tension psychique faible mais en rien un objectif ou le moyen de soulager le mal être. D’ailleurs il peut m’arriver de ne pas me branler et de revenir en mec.

Alors que quand je me branle en regardant un truc porno ou en pensant que je suis une femme je suis plus dans la recherche d’une évacuation de la tension via le sexe, avec comme idée d’éjaculer le plus vite possible.

Le porno est à double tranchant car il me rapproche de la situation 2 où je vois que je ne suis pas femme en me comparant à un corps femelle et ça me MINE !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités