Le psychiatre n°2 continue à dire que je suis trans !

Travesti, transgenre, transsexuelle

J’ai beau lui expliquer que je suis un pervers (selon Freud), une personne bordeline, que j’ai une structure mentale limite (selon Bergeret), que je suis un travesti (selon le DSM, quoique je ne le dis pas vraiment car je ne me sens plus travesti depuis au moins 2 ans), bref de trouver des raisons pour lui démontrer que je ne suis PAS trans, il valide ou invalide mes hypothèses selon les jours,  mais il dit toujours que j’ai un genre FEMME !

Il n’en  démords pas : pour lui je fonctionne mentalement comme une femme pour x raisons et donc j’ai un genre FEMME.

Je lui demande comment je peux évoluer dans le temps par rapport à cette situation compliquée de genre femme dans un corps mâle.

Il dit que tout est possible !!!

Je peux selon lui :

  • rester comme ça toute ma vie à savoir en homme socialement, en femme dans mes fantasmes  et de temps en temps femme en société
  •  faire une transition (donc avoir besoin de vivre en femme
  •  perdre l’envie x années suite par exemple à une rencontre amoureuse avec une femme

Mais selon lui si je perds l’envie ça ne sera que provisoirement  (ça peut durer 10 ans le provisoire chez lui !) et elle reviendra tôt ou tard  à cause du genre femme que je suis supposée avoir.

Que pensez de tout ça ?!

Entendre que j’ai un genre femme me plait, ça réveille quelque chose de positif en moi, c’est d’une façon libérateur et je ne suis en rien effondrée à l’idée de ne pas avoir un genre homme MAIS en même temps ça provoque un stress car je fais les liens suivants dans ma tête :

genre femme => impossibilité de vivre une vie ayant un sens en homme (et je trouve effectivement que ma vie depuis 7 ans n’a aucun sens) => transition MtF => rejet social et stigma => vie pire qu’avant => regret d’avoir fait une transition => effondrement narcissique => tentative de suicide => mort

Donc DANGER de ruine ma vie !!!

D’où, il est assez logique que je dis que je n’ai pas un genre femme mais que je suis un pervers !

Ceci dit, on peut être trans et être pervers, d’ailleurs c’est surement plus facile si on est pervers car on pourra mieux gérer le côté rejet social que si on est névrotique.

Je pense donc que je suis trans + pervers/état limite non pervers.

Je suis certaine de ne pas être une personne simplement névrotique !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités