1 er souvenir lié au genre : le collant

Travesti, transgenre, transsexuelle

Le souvenir le plus lointain que j’ai par à rapport à la notion de genre remonte à quand j’avais 6 ans.

J’en ai déjà parlé ici mais je voudrais l’analyser de façon plus fine.

Le souvenir consiste en ceci : j’ai une copine de classe qui fait de la danse classique, sa grand mère me propose d’aller avec elle à la danse.

Apriori pas de quoi se sentir mal(e) ni même s’en souvenir 36 ans après, n’est ce pas ?

Pourtant je me souviens très bien de ce que je me suis dis.

J’ai eu très peur car je me suis dis que si j’allais à la danse alors j’allais devoir porter des collants et danser devant une salle pleine de gens et que ces gens allaient se moquer de moi, avec il me semble l’idée que la moquerie aurait 2 causes,  les collant qui sont pour les filles et donc pas pour moi et ma nullité en danse.

 

La première idée que j’ai eu en analysant ma réponse est de me dire que je n’avais pas un genre femme à 6 ans car si c’était le cas alors j’aurais été enjouée à l’idée de porter des collants et de passer pour une fille devant des gens.

Ce n’était pas l’avis du psychiatre n°2, Jean Guetta. Selon lui ma réponse n’est pas une réponse de garçon car un garçon aurait juste pensé à s’amuser en dansant.

Du coup j’ai réfléchi et je me suis dit que ma réponse ne donnait pas forcement une indication sur mon genre mais disait seulement que :

  1. je savais que les collants étaient réservés aux filles
  2. que si j’en portais je subirais des moqueries
  3. que donc pour les gens je n’étais pas fille
  4. que je ne voulais pas subir la moquerie

On peut très bien envisager que je pouvais avoir un genre fille (vrai self) mais que le sauf self (garçon) qui me protège sait que je ne dois pas porter un collant et donc je ne pouvais mas me dire « chouette, je vais enfin être moi en fille » puisque les autres ne le veulent pas.

Pourquoi on peut penser ceci ?

Car j’avais visiblement très bien intégré les normes du genres (collants pour filles) et que les transgresser apportait une sanction sociale (moquerie) et qu’il y avait donc  risque d’abimer le vrai self fille.

Or le role du faux self est de protéger le vrai self du danger en créant un personnage conforme à ce que la société attend.

On peut aussi se demander pourquoi je pense automatiquement que danse implique collant pour filles sachant qu’il y a des garçons qui dansent dans des tenus de garçon et que si les autres veulent que je sois garçon ils ne vont pas me faire porter un collant pour fille !

Bref, c’est un peu comme si moi même j’allais de façon évidente vers le collant pour fille…

On peut aussi se demander pourquoi le premier truc aux quel je pense c’est le collant sachant que je sais que c’est pour les filles et non au fait de m’amuser avec ma copine !

On peut aussi noter que la seule raison pour laquelle j’ai peur du collant pour fille est la PEUR de ce que vont dire les gens et non l’idée que je ne veux pas avoir l’air d’une fille car je veux montrer que je suis garçon et que donc je veux une tenue de garçon qui me permet de m’affirmer plutôt que de me déguiser.

D’ailleurs, les enfants aiment se déguiser, donc même avec un genre garçon j’aurais pu prendre ca comme se déguiser en fille pour s’amuser.

Or là visiblement j’avais une crainte importante et non l’idée de m’amuser d’où on peut penser que la question du genre me travaillait.

Sachant que 6 ans plus tard j’ai développé une sorte de fascination et de fetish sexuel pour les jambes/pieds des femmes dans les collants puisque je me branlais en pensant aux profs qui en portent, je peux me questionner doublement sur ce que signifiait pour moi le collant quand j’avais 6 ans.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités