Trans malade et trans pas malade

Travesti, transgenre, transsexuelle

Ya une étude d’une association trans qui distingue transsexuelle et transgenre de la façon suivante :

Transsexuelle = 

Personnes qui se disent femmes et surtout PAS trans, qui nient avoir un passé d’homme, qui pensent être femme à la naissance (mais dans une sorte de corps alien qui n’est pas à eux), qui rejettent totalement le corps mâle et qui poussent le délire jusqu’à se dire 100% identiques aux « vraies femmes » à savoir les femmes femelles ayant une enfance en fille ! 

Ces gens veulent passer de homme à femme et tirer un trait sur le passé, changer de vie, rompre tout lien avec la vie en homme la plupart du temps.

Pour moi ces gens ont une case en moins…en plus d’être trans ! 

Case en moins car il y a un déni de la réalité biologique (une personne XY avec une bite n’est pas comme une personne XX avec une chatte, avant ou après modifications, les situations biologiques et fonctionnelles sont différentes) et du passé.

Les plus enfoncées dans le fantasme vont se dire plus femmes que les femmes car elles sont des talons et une jupe non stop ou des plus gros (faux) seins…

A mon sens ces gens discréditent la cause trans et font passer tous les trans pour des maboules.

C’est une forme de haine de soi, focalisée pour une raison mystérieuse sur le sexe biologique. Donc à mon sens dysmorphophobie globalisée.

Je pense qu’ils ne sont jamais heureux et passent leur vie à fuir quelque chose (la masculinité car ayant un père toxique ?)  via de multiples chirurgies esthétiques.

Transgenre =

Personnes qui veulent être femmes, qui peuvent se dire trans ou femme mais gardent à l’esprit qu’elles sont TRANS quand elles se disent femmes à savoir pas des vraies femmes femelles.

Elles désirent vivre en femme et se féminiser autant que possible sans devenir quelqu’un d’autre. Elles peuvent se couper la bite ou non. Mais avec ou sans bite elles ne se voilent pas la face et savent que personne ne les prend pour des femmes une fois qu’on sait leur histoire et elles font avec, parfois elle revendiquent le parcours trans avec fierté (car c’est un truc TRES dur).

Ces gens me semblent relativement « normaux », en tout cas pas plus malade que les non trans.

L’idée d’avoir un genre femme (à savoir un façon mentale de fonctionner à dominante féminine) en ayant un corps mâle et avec l’idée de vivre sa vie en mode femme et de donc devoir un peu changer son corps pour se sentir mieux ou pour être acceptée ne semble pas farfelue. 

Je pense que ces gens trouvent un équilibre si les gens les acceptent en trans.

Conclusion : ce n’est pas l’envie de changer de sexe qui me semble pathologique (encore que ce n’est pas une situation optimale…) mais c’est le fait de nier qu’on est trans et de zapper toute la réalité biologique et sociale, son passé,  en voulant convaincre le monde entier qu’on est 100% femme et en traitant de transphobique toute personne qui conteste qu’un trou qu’il faut dilater à vie n’est pas comme une vraie chatte…

J’aimerais mieux être femelle, aucune doute sur ça, mais je vois bien que je ne le suis pas et que rien ne me rendra femelle. D’où je ne peux jamais me dire femme. Je peux me dire trans ou femme trans. Mais jamais je ne peux zapper le mot trans.

Publicités