Conférence transsexualité : Hubert cause !

 

 

 

T

Publicités

Je liste, encore et encore…

Travesti, transgenre, transsexuelle

 

J’ai tendance à dire à Guetta que le seul indice laissant penser que je suis trans  est que je suis femme dans le sexe. Il dit que ya plus que ca.

Alors je liste encore et encore…

Et c’est vrai que ya plus que ca !!! Largement plus !!!!  J’ai mis en gras ce qui n’est pas purement sexuel.

1) quand je regarde film x : je m’imagine à quel point être à la place de la femme doit être épanouissant, jamais je ne pense que la place du mec est enviable et jamais je ne trouve son corps attirant (au sens que j’ai envie d’avoir ou dans le sens que j’ai envie de le toucher mais la bite et les couilles m’excitent et me donnent encore de les sucer) et jamais je ne me dis que je suis comme lui ou que je voudrais être à sa place

=> donc aucune identification à l’homme dans le rôle où il est le plus homme et identification totale à la femme, tant dans l’envie d’avoir son corps que dans l’envie d’être pénétrée

2) quand je me branle je n’ai jamais de bite dans le cinema mental, je suis sans bite ou je sens carrément avoir une chatte et des seins !

=> imposible de jouir en me voyant homme 

3) Si je pouvais me changer en femelle EN GARDANT MON ESPRIT ACTUEL, hors contexte où je fantasme, je le ferais sans aucune hésitation 

=> donc faible attache à la vie d’homme et certitude que mon cerveau sera accordé avec un corps femelle

4) j’ai toujours trouvé étrange voire stressant qu’on me dise monsieur en mec et je le remarque à chaque fois en me disant « merde, encore une personne qui me voit homme » 

=> donc je ne me sens pas homme

5)  je baise avec des mecs en me sentant 100% à la bonne place dans le rôle sexuel  mais sans me sentir du tout gay (ni même me demander si c’est pas un peu gay), pour moi c’est du sexe CLASSIQUE HOMME/FEMME

=>  donc je me sens 100% femme dans la sexualité avec un mec

6) je déteste me faire sucer, je n’aime pas pénétrer, je hais la levrette active mais j’aime la levrette passive et je n’ai jamais laissé un homme toucher ma bite 

=> donc un certain rejet non pas de ma bite en tant que partie du corps mais du fait de l’utiliser comme une bite dans un rôle clairement homme qui ne laisse pas de doute sur qui est l’homme et besoin que le mec me voit absolument comme femme

7) si je sais qu’un mec est gay ou même qu’il aime s’habiller parfois en femme = ca me coupe toute possibilité de baise avec lui

=> donc envie d’être perçue femme par un mec normal et non comme un mec par un gay ou comme un trav par un mec n’osant pas baiser en femme

8) malaise quand je vois des femmes qui me plaisent dehors :  quand je vois juste des femmes en collant  marcher ca peut provoquer une dissociation et une idée de suicide soudaine

=> je vois en vrai ce que je suis en fantasme donc mélange  de plaisir à regarder, d’espoir à l’idée d’être comme ca un jour et de jalousie/désespoir à l’idée de ne jamais pourvoir l’être quoi que je fasse, ca provoque une grande confusion des émotions et une anxiété et l’idée suicidaire est je pense liée à la confusion, je suis comme KO, comme totalement impuissant et submergé, c’est très perturbant !

9) plus je suis en contact avec des femmes pour du sexe et plus j’ai envie d’en être une et plus je vais m’habiller en femme chez moi

=> donc ce n’est pas le manque de femme qui me fait devenir ce que je désire

10) besoin que le mec soit hyper viril pour me sentir excitée car alors je me sens plus femme et moins homme

=> sexe avec mec uniquement pour me sentir femme et validée 

11) je ne me sens pas grotesque ou déguisée en femme et je peux me montrer en public sans me sentir 100% bidon en femme

=> donc je vois ca plus que du travestissement, un mec se sentira comédien

12) je n’ai aucune honte ni culpabilité

=> donc ca me semble complètement naturel de sucer une bite, de m’habiller en femme et de parler à des gens en femme et dire à n’importe qui que je suis trans ne me pose aucun souci si je sais que je n’ai rien à perdre à le dire 

13) les chansons où il est question d’une femme irrésistible, sexy, dont le chanteur parle dans la chanson me stressent

=>  je me dis que malheureusement je ne peux pas avoir son pouvoir de séduction car j’ai un corps mâle

14) j’ai plus de tocs quand je sors avec une femme et parfois ils peuvent durer x années et ils sont plus forts quand la femme est à coté de moi (la pincer en faisant un bruit avec la bouche, lui donner des tape dans le dos, crier…)

=> donc je ne me sens stressé quand je suis en couple avec une femme

15) j’ai déjà testé partiellement vie de couple avec 2 enfants et 1 chien (il était mon élément préféré du ménage !) et je me sentais comme dans vie ma vie quand on sortait en famille !!!

=> donc être vu comme père de famille, comme ayant une vie normale avec une famille normale me donnait non pas un sentiment de prestige ou de confiance en moi mais une sensation de FAKE, de totale comédie !

16) j’ai du mal à parler aux gens au féminin, y compris aux meufs

=> donc quelque chose me dérange avec le fait de reconnaitre le féminin chez l’autre, peut être la jalousie ?

17) je ne peux pas dire que les MTF sont femmes alors que je peux dire que les FTM sont hommes 

=> défense contre la possibilité de me changer en femme en refusant d’admettre que c’est possible qu’un homme vienne femme

18) je ne peux pas me dire fils de mes parents mais enfant de mes parents et je ne dis rarement qu’un enfant est fille ou garçon

=> un blocage vis à vie du genre 

19) coming out : j’ai dit à tout le monde que je voudrais être femelle et que je me consulte pour savoir si je suis trans

=> si c’était un simple fantasme sexuel, pourquoi j’aurais le besoin d’en parler partout, au risque de perdre des gens que j’aime comme amis ?

20) puis que j’ai un profil trans FB j’ai laissé tombé le profil mec

=> donc je suis plus authentique socialement en trans si je me sais en sécurité

21) enfant à plusieurs reprises le signifiant fille est venu dans la pensée

=> donc fille est quelque chose qui me travaille

22) j’ai la structure familiale typique trans : mère puissante, père TRANSparent

=> donc pour une fois je colle au modèle trans d’école !

23) je pense souvent au suicide avec l’idée que la cause est que je en suis pas femme

=> donc être femme semble important, si juste un fantasme sexuel comme chez un trav pourquoi je penserais au suicide plutôt qu’à jouir ?

24) je ne me sens pas du tout proche des travs, je les trouve ridicules et souvent repoussants physiquement mais je ne me sens pa mal à l’aise comme quand une personne trans dit être femme si un travesti dit être femme active à bite par exemple

=> donc je ne me vois pas trav

25) l’idée du genre est assez obsédante

=> si c’était juste un fantasme ca ne serait pas présent pendant 2h quand je fais du vélo !

26) l’idée que je ne serai jamais femme est déprimante 

=> si c’était un fantasme et rien de plus je me ferais une raison à 42 ans !

27) l’envie d’être femme augmente avec les années qui passent

=> c’est très courant chez les trans et signe que non conséquence de trouble borderline car le trouble borderline diminue après 40 ans, moi x fois pire qu’à 20 ans

28) incapacité à travailler et à vivre une vie normale adulte malgré peu de symptômes psychiatriques (aucun délire, pas d’impulsivité, aucune addiction à des substances, pas de dépression, pas de phobie, pas de violence, pas de criminalité, pas de prise de risque, pas de mythomanie…)

=> donc on peut penser que le genre est le plus gros problème même s’il peut y avoir autre chose

29) idée que si je sais que je vais mourir dans 3 mois  je commence hormones de suite

=> mourir sans savoir ce que fait hormones mentalement me semble comme rater quelque chose qui compte  dans ma vie et on peut penser que si je ne prends pas hors situation de mort imminente c’est que la PEUR des conséquences sociale et biologiques à moyen terme me bloque

30) je déteste être nu (y compris pour baiser) en mec et je n’aime pas qu’on me touche, en femme ca passe mieux

=> donc peut être un rejet du corps mâle

31) il m’arrive de prendre un bain et de ne même pas décapoter ma bite pour la laver (même que je vais à un rdv sexuel avec un mec !) 

=> donc je fais un peu comme si je n’avais pas de bite dans le bain alors que les mecs jouent plutôt avec leur bite

Ca commence à faire assez pour penser que Guetta a raison ? 

Je crois que plus je cherche et plus je trouve de raisons de me pose Guetta  : en quoi suis je homme ? (à la place de en quoi suis je trans) 

News de Guetta

Travesti, transgenre, transsexuelle

 

J’avais dit qu’il m’avait dit d’éviter piège de transition et de tout faire pour rester mec (et tu avais demandé pourquoi).

En fait c’est autre chose qu’il voulait dire :

En parlant de piège il parlait de l’idée commune chez trans que pour faire une transition il fallait suivre un parcours type, avec des étapes obligatoires, avant un âge, avec l’idée d’avoir une certaine voix, un certain look, une certaine façon de vivre, de parler, de réagir…

Bref il veut dire qu’on n’a pas besoin de suivre ni les normes du genre femme ni ce que préconisent les équipes hospitalières qui veulent se faire passer pour experts incontournables (par exemple 2 ans the thérapie avant hormones…). D’où il dit que j’ai pas besoin d’aller à Saint Anne, je peux agir sans eux.

Et quand il dit de rester mec le plus  longtemps  possible :  il dit ca car il voit pas mal de trans et constate que leur vie après transition est TRES dur à cause de la société.

Il précise que ya 95%  de gens contents d’avoir fait transition (donc il valide que transition est une bonne solution) mais que leur vie est quand même très compliquée et qu’il faut être solide mentalement pour tenir face au rejet.

Faut le faire quand on est 100% prêt et selon lui je ne suis pas prêt !

Selon lui je tiens assez bien en mec et tant que je tiens mieux vaut rester comme ca. Mais je peux craquer n’importe quand  et quand je n’en pourrai plus de vivre en mec il me fera une lettre pour me transformer selon mes besoins (juste hormones ou plus).

Si je pense un jour en avoir besoin il me fera même une lettre pour dire que je suis trans et que je peux me couper la bite !

Il pense donc que je suis 100% trans, que ya aucun doute la dessus et qu’il est possible qu’un jour je sois obligé de faire une transition car vie en homme trop dure.

Je lui demande si le fait de ne pas être rigide sur il ou elle, madame ou monsieur, de ne pas me revendiquer femme est un atout car du coup je peux supporter qu’on me dise monsieur sans me suicider.  

ll dit que oui MAIS si je fais parcours trans avec tous les efforts je risque d’être aussi sensible que les trans classiques sur monsieur car j’aurais alors fait de gros efforts et entendre monsieur sera alors perçu comme un échec  !!!!

On souligne ensemble que je m’en fous aussi qu’on me dise madame et que donc le fait que monsieur ne me dérange pas n’est pas signe que je suis un mec. Selon lui un mec banal quand on lui dit madame se sent mal à l’aise, il ne trouve pas ca cool, moi je trouve ca amusant et flatteur !

Il me dit de tester avec Hubert : lui dire madame puisqu’il dit que le genre n’existe pas, afin de vérifier qu’il existe !!!!

D’ailleurs peut être que cette indifference au genre social est une défense car quasi personne n’est dans mon cas  :

– si j’ai genre femme et que je me vois de façon consciente  femme = entendre monsieur non stop sera stressant

– si j’ai un genre femme et que je me vois de façon consciente sans genre = entendre monsieur ne me fera pas grand chose, je trouve ca étrange mais ca ne me traumatise pas.

Entendre madame en homme me parait étrange car trop beau pour être vrai puisque je sais que je fais mec, je me dis que la personne a un grain ou se fout de moi !

En femme ca me surprend car j’anticipe rejet et si j’entends madame je me dis que pas de rejet.

Il est plus malade que moi ce Guetta ou c’est un très bon psychiatre ou les 2 ?!

Le genre = un FILM !?

Travesti, transgenre, transsexuelle

 

Finalement le genre c’est comme si on était dans un film avec 2 rôles, et on essaye de voir dans quel rôle on se sent plus à l’aise. On peut se sentir à l’aise mais être nul, peu crédible.

C’est en gros le cas des trans : en femme ils ne sont pas crédibles mais eux se sentent miss monde ou du moins capable de tenir le rôle !

On peut aussi se dire qu’on trouve les rôles trop rigides et refuser de jouer et faire une IMPRO.

C’est ce que font les queers et dans une certaine mesure les transgenres qui refusent de se féminiser à fond en gardant leur bite.

La personne trans est donc une personne qui n’a pas le physique, la voix,  pour le rôle qui lui plait et qui n’aura jamais d’Oscar à moins de s’entrainer 10 fois plus qu’une personne et de cacher qu’elle s’est entrainée !

Est ce que ça signifie qu’elle ne peut pas gagner sa vie en jouant ce rôle ?

Psychiatrie catégorielle ou dimensionnelle

Travesti, transgenre, transsexuelle

 

Je pense donc que dans le modèle psychiatrique je peux entrer dans la case dysphorie du genre, pleine ou light (y’a une version light, quand tous les critères ne sont pas super remplis mais on en parle peu).

Le problème de la version DSM en général c’est que c’est une vision catégorielle = comme le codage = tu as x critères, tu réponds OUI ou NON, si tu as 2 oui alors tu es trans, si non alors tu n’es pas trans. Et si tu en as 1,8 ? Si tu les as tous mais pas de façon 100% constante ou pas au maximum de l’intensité ? Il y a comme une ligne, si tu la passe alors tu deviens trans alors qu’avant tu ne l’es pas même si tu es à 1mm. 

Bref, c’est une vision un peu stupide de la psychologue humaine avec une autorité suprême qui dicte de façon non objective qui est quoi en faisant une LIGNE entre le normal et le pathologique.

Je pense que la vision dimensionnelle correspond plus à l’humain et aux trans en particulier : il n’y a pas une LIGNE hermétique entre homme et femme, le genre est un continium avec des combinaisons masculin/féminin diverses et personne n’est 100% féminin ou 100% masculin et donc pas 100% femme ou 100% homme. 

On va dire que quelqu’un est un homme car il a une bite et s’il est plus féminin que masculin on va le forcer à être masculin pour qu’il confirme qu’il est un homme ! On inverse la relation : on le dit homme et donc on lui impose de jouir dans la virilité ! 

Alors qu’on devrait plutôt regarder s’il est masculin ou féminin naturellement et spontanément et alors lui proposer un rôle d’homme ou de femme selon s’il exprime plus de féminin ou de masculin, sachant que le rôle en soi est absurde car on peut aussi être un homme et exprimer du féminin. Mais on pense de façon binaire que si une personne exprime x fois plus de féminin que de masculin alors elle sera plus à l’aise dans un genre stéréotypé qu’on va nommer femme.

Ce que dit Hervé Hubert sur le genre et sur moi

Travesti, transgenre, transexuelle

 

l reconnaît que les  gens pensent être femme ou homme. 

Mais pour lui ce n’est pas une  identité de genre mais ce qu’il nomme un nouage entre 3 nœuds, les corps, les mots et l’image. 

Ce n’est pas une  identité car c’est pas inné et pas une vérité intérieure qui détermine qui ont est. 

Il reconnaît que les femmes et les hommes ne fonctionnent pas pareil à savoir que le nouage est différent. 

Donc il reconnaît un genre psychique homme ou femme mais il nomme ca nouage et ne dit pas aux trans que c’est pas un genre mais un nouage car eux ne s’intéressent  pas à la théorie comme moi.  Il dit que je suis le seul à m’intéresser à la théorie. 

Il admet que j’ai PAS  un nouage homme et que  j’ai certain rejet de la virilité. 

Du moins pour lui je n’ai pas un nouage homme classique. Et  je suis un cas à part, assez unique.

Je lui demande alors si je ne pourrais aussi bien avoir un nouage femme pas classique, exotique, qu’il ne peut rentrer dans le modèle. Il dit que c’est une idée intéressante. Et il me parle des femmes chinoises du rêve que je viens de raconter ! 

Je lui demande s’il serait  surpris de me voir dans 5 ans en femme si on ne sait se voit pas 5 ans. Il ne sait pas, dit je crois ne jamais avoir pensé à la question mais qu’il faudrait essayer ! 

Donc il admet que je ne rentre ni dans son modèle homme normal ni dans femme. 

Je lui demande s’il y a d’autres nouages, il dit que oui. 

Ah  et je lui dis ne pas avoir baisé depuis 1 an avec mec et il dit être très étonné ! 

J’ai demandé si j’ai nouage d’homme gay. Il dit que non.  Ni homme classique ni homme gay. 

Donc pour lui je baise avec mec sans être gay ! 

Bref, je crois qu’il ne sait pas trop où me placer dans son modèle. Et qu’il pourrait un jour me dire nouage femme. 

 

Un non trans ne se demande jamais s’il est trans ?

Travesti, transgenre, transsexuelle

On entend souvent cette affirmation dans le milieu trans pour justifier une sorte d’auto-diagnostic trans.

Et pour cause, il est assez évident (et intuitif et FACILEMENT VERIFIABLE) que les gens qui sont contents avec le genre sexué qu’ils jouent et le rôle sexuel qu’ils occupent à l’intérieur ce genre :

  • ne se demandent PAS si oui ou non changer de sexe est une bonne idée
  • ne se disent PAS que se réveiller dans l’autre genre pour toujours avec leur esprit actuel serait super
  • ne se disent PAS qu’ils vont se tuer car ils aimeraient avoir un corps femelle alors qu’ils sont mâles ou inversement

Moi j’ai ces 3 idées à l’esprit et en plus souvent, de plus en plus souvent (il y a 20 ans c’était x fois moins présent, là c’est devenu envahissant au point de faire tourner mon monde psychique autour de ces questions) !

Donc au moins je peux se dire que je ne suis PAS content d’être un mâle et pas épanoui dans le rôle social d’homme.

On peut supposer qu’il est possible que mon genre (identification sexuée) ne soit pas homme mais autre chose. Peut être femme.

Quelque chose ME poussent à me questionner alors qu’elle ne pousse PAS 98% des autres à se questionner en ces termes.

Quelle est cette chose, telle est la question !?

Intelligence plus grande ? Peut être mais il y a des tas de gens plus intelligents que moi qui ne se posent pas ces questions et il y a des niais qui se les posent.

Trouble de la personnalité ? Peut être mais alors pourquoi n’ai je pas x addictions et une vie chaotique semée de ruptures comme la plupart de ceux qui ont un trouble de la personnalité ?

Maladie mentale ? Peut être mais alors pourquoi n’ai je aucun délire ni logique farfelue comme la plupart des malades mentaux LOURDS (car si c’était une maladie elle serait assurément lourde et dans le spectre psychotique, une schizophrénie par exemple, et non une simple depression du spectre névrotique, car l’idée de changer de sexe est un truc assez extrême peu partagé chez les humains  !) ?

Bref, quelque chose de hors norme se passe en moi !!!!!