L’avis des autres

Travesti, transgenre, transsexuelle

Je m’en fous que les gens pensent que je suis une femme ou un homme. Du moins quand je suis un homme donc 95% du temps.

Quand je suis en femme c’est plus ambigu.

D’un point de vue personnel je m’en fous car je n’ai pas besoin des autres (enfin pas des idiots qui composent la masse) pour me dire qui je suis. Que quelqu’un pense que je suis un chien, un chat, un alien, une pomme, ca ne change pas qui je suis. De plus être homme n’est pas infamant.

Un des problèmes des trans est qu’ils ne parlent pas le même language que les non trans quand ils disent « je suis une femme ».

D’un point de vue social je ne m’en fous pas car je me dis que si tout le monde me voit homme alors une transition MtF relève du suicide social sachant que les hommes en robes sont perçus comme déviants et mal(e)taités.

Donc être homme déviant ne me dérange pas moralement mais être perçus comme tel socialement est kamikaze et condamne à une vie de merde. Or je n’ai pas envie d’avoir une vie de merde.

Enfin, c’est quand même un peu plus complexe car j’ai une envie sincère d’être femme, je sais que je ne le suis pas mais je fais avec car je m’aime aussi en homme, mais quand on me renvoie que je suis homme en me disant par exemple Monsieur  ca me ramène au fait que je ne suis pas femme et ce n’est pas un truc qui me fait plaisir puisque j’ai envie d’être femme.

Donc être vu comme homme me dérange un peu dans le sens où je voudrais être femme mais ne me dérange pas car je sais que je suis mâle et que pour les autres mâle = homme, je ne prends pas donc le fait qu’ils me voient homme comme une attaque personnelle mais comme une sorte de mal(e) diction que je vais avoir du mal à déjouer !

Je crois qu’il est important de replacer tout ca dans le contexte suivant : je m’en fous de ce que pensent les autres de moi en général.

Par exemple je ne travaille pas depuis 14 ans, pour les autres je suis un parasite paresseux ou un handicapé psychique, 2 étiquettes peu valorisante.

Mais je n’ai aucune problème à dire que je ne travaille pas et que je ne veux pas travailler car pour moi travailler a un côté infamant plus que glorieux et car la vie est plus facile quand on ne travaille pas. Donc j’ai une vision déviante du travail. Et je m’en fous de ne pas partager la même vision des autres.

Si des gens m’insultent ca ne me fait rien non plus. Je ne cherche pas à les corriger physiquement pour des mots. Idem s’ils me provoquent en disant que je ne suis pas capable de faire ca ou ci.

Donc j’ai une certaine capacité à vivre sans tenir compte de l’avis des autres, voire à vouloir les provoquer en étant déviant.

Donc finalement si je suis vu comme un homme habillé en femme ca n’est pas la CATA, peut être que quelque part ca me provoque une jouissance même !

Le gros problème c’est que les autres vont se donner le droit de me faire CHIER car ils pensent que je suis maboule et que pour eux les maboule sont des cibles sur lequelles ont peut se défouler sans se sentir coupable !

Et comme je m’aime  et que je ne me sens PAS DU TOUT coupable de vouloir être femme je n’ai pas une vocation à être un souffre douleur ou un martyr de la cause trans pour expier le péché d’oser enfiler un collant !

Selon mon psychiatre n°2, Jean Guetta, ca ne me dérange pas qu’on me dise Monsieur car je n’ai fait aucun effort pour être femme, si je commence une transition pour socialiser comme une femme  et qu’on me voit homme après x années alors  j’aurais un sentiment d’échec et donc être vu homme sera un problème. Je pense qu’il a peut être raison !

Si j’étais femme et qu’on me voyait homme, est ce que ca me dérangerais ? Je pense que non ! Si on me voyait femme déguisée homme  ca me dérangerait  car alors je sais que je serais emmerdée !

Est ce que j’ai envie d’avoir une vie sociale de femme car je pense que la vie sociale en femme est mieux que la vie social en homme ? Non. Je sais que la vie sociale en femme est pire ou du moins plus dure.

J’ai envie d’avoir une vie sociale de femme car j’ai envie d’être femelle et que si je suis femelle en ayant une vie social d’homme alors je serais une femme déguisée en homme et on me fera chier.

La vie sociale de femme est donc un moyen d’être reconnue comme femme, un moyen de sublimer la pulsion sexuelle féminine qui me dit que je devrais être femelle !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités