L’envie de transition est revenue !

Après 3 mois où je n’ai plus pensé à changer de sexe de façon marquée (j’y pensais en background, en me disant toujours que c’est une connerie !), voilà que l’envie revient !!!!!!

Et quand elle revient, je me dis vraiment que je vais finir par me lancer car c’est évident que je suis trans.

Puis, après x jours, l’envie repart. Souvent elle repart si je me gode en femme ou que je sors en femme. Mais parfois elle repart sans que je ne fasse rien de spécial que je ne fais pas quand je n’y pense pas.

Ya de toute évidence une jouissance quand l’envie est là, elle valide quelque chose en moi et je me sens en vie.

L’en vie qui vient de l’envie !!!

Bon, pourquoi je ne commence pas une transition ?

Je crois que la raison est la peur des conséquences, sur la santé et sur le pouvoir d’agir en société.

Je ne pense as du tout que je pourrais me dire que vivre en mc était mieux car je ne me sens pas mec, même quand je ne pense pas à changer de sexe.

Je me sens sans genre quand je n’ai pas envie de changer de sexe.

Et je crois que c’est pour ca que je m’aime et que je m’accepte en homme, avec une barbe et un look masculin.

Je m’aime car je ne me vois pas homme !

Je me vois enfant, ado tout au plus, sans identité sexuée, hors du temps, un peu abstrait, quasi comme si ce n’était pas moi qui me regarde.

Cette capacité à s’extraire du genre est très pratique pur se supporter en homme alors qu’on veut plus que tout être femme !!! Très belle défense contre l’anxiété trans !!!

Je note que je ne me vois pas homme car quand je regarde des hommes moches dans la rue je me dis : si j’étais eux, je me suiciderais.

Je ne me dis pas ca avec les femmes moches, je me dis même l’inverse : je me dis que je vais me suicider car je ne suis pas elles, sachant que mêmes moches, elles ont la chance de pouvoir  femme librement en société, sans qu’on les maltraite car elles se présentent en femme.

Je pense aussi au suicide quand je me dis qu’une transition est impossible et que je ne ferais jamais rien en ce sens car je ne suis pas trans.

Ca me déprime de me dire non trans, même si intellectuellement je préfère ne pas être trans car je sais que la vie trans est infernale parfois.

Mais je crois que je suis trans et que cette envie d’être femme ne partira jamais.

D’ailleurs, je n’ai pas envie qu’elle parte, je l’aime cette envie, même si elle me fait souffrir, c’est pas l’envie qui pose problème, c’est la réalité où je ne suis pas femme !

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités