J’ai une lettre pour débuter les hormones !

Hub m’a fait une lettre sans même que je la demande.

J’ai simplement dit avoir rdv dans 2 jours avec Hacher et demandé s’il allait demander une lettre et si Hub pouvais lui dire par SMS « OK pour hormones »  si Hacher ne me croit pas quand je dis que Hub est OK.

En plus, dans la lettre, il a parlé de trans-identité et dit j’étais prête pour une transition !

Or j’ai jamais parlé de transition, juste que je voulais voir si hormones possibles ou non avec ma santé.

Il me pousse Hub…bon, après 4 ans, c’est un peu normal ?!!!!

Donc je résume ma situation :

J’ai 2 psychiatres (Hub et Guetta) qui  me connaissent bien et qui disent que je suis une personne trans. Ils disent n’avoir aucun doute.

J’ai un 3 ème psychiatre depuis peu (Mache), que j’ai vu une fois, et qui dit que j’ai une dysphorie de genre évidente et qui dit à demi mots que si je réclame une transition gratos à Sainte Anne il m’aidera car qui dit dysphorie de genre dit droit à des soins et les soins c’est hormones + chirurgies à Sainte Anne et non thérapie pour vivre avec.

Je pense donc qu’il est assez raisonnable de dire que je ne suis PAS un homme et que je suis dans quelque chose qui est dans la trans-identité au sens large sachant qu’on y trouve des tas de situations très diverses et souvent loin du cas d’école de la personne très féminine qui se dit fille dans un corps de garçon à 5 ans.

Donc je suis TRANS !

Cool, enfin non pas cool car moi je n’ai pas envie d’être trans mais d’être femme/femelle !

Et je sais que c’est impossible.

Mais je sais aussi ce que si qui se rapproche le plus de ce que je veux être c’est être une personne trans qui fait une transition pour avoir une apparence la plus féminine possible afin de vivre une vie de femme normale.

La question est alors = est ce que je veux faire une transition ?

Et bien j’en sais rien !

Enfin, je sais si je veux mais je ne sais pas si je vais faire.

J’explique :

  • si on me garantit que la  transition me permettra après disons 3  ans (pas de suite donc, je suis patiente !) de me regarder dans la glace et de voir une femme, qu’elle me permettra de sortir dehors sans être repérée comme trans, qu’elle me permettra d’avoir une vie sexuelle et amoureuse banale de femme avec des hommes qui aiment les femmes, le tout sans ruiner ma santé, alors OUI, OUI et OUI, je veux une transition et même je la commence DE SUITE, donc je n’ai aucun doute sur mon envie d’être femme.
  • si la transition me condamne à vivre à vie comme un mec en robe dont on se moque et qui en prime ruine sa santé avec des hormones, alors NON, je ne veux pas de transition.

Et que se passe t’il je me retrouve entre ces 2 extrêmes ?

A savoir que je ne ruine pas ma santé mais je l’abime un peu (je perds 3 ans en espérance de vie en bonne santé ou j’ai une maladie mais elle ne m’empêche pas d’avoir un vie normale car je prends des médicaments ou je fais des choses pour la tenir sous contrôle) et je ne passe pas totalement pour femme mais que si je fais un peu plus d’effort je passe quasi tout le temps.

Et bien je crois que je commence aussi une transition car pour moi être une femme est la chose qui compte le plus après ne pas être gravement malade (mais là c’est pas un objectif qu’on poursuit mais simplement un truc que la plupart des gens ont et qu’ils perdent tous avec l’âge).

La dysphorie est assez proche d’une maladie qui pollue la vie et si je parviens à la supprimer ca viendra compenser l’arrivée d’une maladie liées aux hormones !

Donc il ne serait pas farfelu de commencer une transition aujourd’hui !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Carrefour en femme

Trans, transgenre, transsexuelle, femme trans…

Je suis allée faire les courses à pieds avec une caddie à Carrefour en banlieue (pas chic !) à 20h !!!!

Et j’avais un collant gris opaques et des mocassins rouges  plats pour homme donc pas très féminine.

Et bien ca s’est très bien passé et j’en retiens 2 choses importantes, je dirais même essentielles :

  1. en homme je joue un jeu, je fais semblant d’être masculin
  2. je n’ai pas envie de passer juste pour éviter les problèmes comme je pensais, je veux passer car pour moi c’est affirmer que je suis femme

Comment j’ai pigé ca ?

Pour le semblant en mec : en mec j’ai toujours eu une sorte de tension dans ce centre commercial, je sentais depuis un moment que j’avais peur d’apparaitre féminin en mec car par exemple quand je faisais un geste féminin  (comme par exemple casser le poignet quand je prend un article car ca me fait du bien de le faire)  je me disais « merde, ca fait femme, si quelqu’un voit je vas être ridicule ».

Donc je  disais que pour ma « sécurité » je devais être masculin en mec normal en public. Donc si j’avais un vernsis à ongle sur les mains ou un collant sous le pantalon ca me stessait qu’on le voit, j’avais honte de faire mec non viril.

Et en femme miracle : plus cette tension, je me sentais LIBRE de faire des trucs féminins et quand ca arrivait  je me disais « qu’est ce que c’est bon de pouvoir faire ce geste sans honte  ! »

Et le collants n’étaient pas sous le pantalon mais visible. Le vernis je n’y pensais même plus. Mais je me sentais en sécurité, à ma place, relaxe, même si je me disais que les gens pensaient que j’étais un mec déguisé ridicule !

Pour le passing : une caissière sourit en me voyant, quand mon tour arrive elle sourit encore. Je vois qu’elle voit que je ne suis pas une femme normale. Je pensais payer par carte pour ne pas avoir de problème avec un chèque et une identité de mec.

Mais finalement je lui dis : « je vais vous faire rire encore plus avec ma carte, vous me reconnaissez ? Pas de réponse. Je dis que c’est un problème si c’est pas moi. Elle dit : « je vous préfère comme ca (en femme). Puis redis « vous êtes mieux comme ca, vous êtes jolie ». Puis elle dit :  « au revoir madame, à bientôt peut être ».

Et là je me suis sentie non légitime en madame, je me suis senti  mec déguié et j’ai pensé qu’elle avait un grain.

Je me suis demandé pourquoi elle me disait madame alors qu’elle montre que je la fais rire et que donc elle voit que je ne suis pas madame.

Et alors question et anxiété : si je trouve ca strange madame alors je ne suis pas trans car les trans exigent madame.

Mais j’ai pigé pourquoi madame m’a posé problème : elle riait, donc passing nul, donc je me dis qu’elle me dts madame par pur complaisance, pour me faire plaisir mais qu’elle n’y croit pas.

Et j’ai donc compris que je ne voulais pas un passing juste pour qu’on ne me fasse pas chier (elle ne me faisait pas chier), je voulais passer car  être vue femme compte pour mon bien être plus que ce que je voulais l’admettre.

Donc entre une vie dans un mode anti trans où je passe mais où je suis en danger si je ne passe plus et un vie  dans un monde trans friendly ou je ne pas passer mais où ca n’est un problème pour personne, je préfère pour mon conforte personnel passer.

La tension liée au passing dans un monde anti trans me semble moins démoralisante que celle liée au fait de voir dans les yeux de l’autre qui est pro trans que je ne passe pas.

Donc besoin d’être femme pour l’autre et donc genre totalement femme !

Donc je suis une femme trans !!!! Cool, je peux enfin le dire sans me sentir ridicule : je suis une femme !

 

 

 

En femme chez psychiatre !!!!!

Expérience intéressant ce soir : je vais « en femme » chez le psychiatre, j’attends RER à 21h, 2 arabes alcoolisés plus agés que moi me parlent.
 
Très vite un des 2 me dit qu’il me connait en homme car j’ai mangé des frites avec lui (ce qui est faux).
 
Je dis qu’on ne se connait pas.
 
Il me demande où je vais. Je dis chez le psychiatre.
 
Il demande pourquoi. Je dis « pour ca » en faisant comprendre que je suis « un mec en robe » !
 
L’autre dit que je veux être femme et qu’il l’a vu de suite.
 
Le premier me demande si je suce bien. Je réponds : « ca dépend des gouts, et toi tu suces bien ? » Il dit qu’il ne suce pas (donc un complexé qui vit ca à travers moi ?!).
 
Il me demande comment je m’appelle. Je dis Sacha.
 
Je dis que les arabes adorent les trans et travs.
 
Et la on rentre dans la psychanalyse : ils nient être arabes et disent être kabyles !
 
Je dis : je ne dis pas que vous êtes arabes…je dis que les arabes aiment les trans.
 
Ils ne nient pas que les arabes aiment les trans, que eux aiment les trans, ils nient être arabes ! DROLE !
 
Je dis que je cherche un homme arabe ! Le premier me dit que j’aime les grosses bites d’arabes. Je dis arabe ou pas, ca ne change rien. il dit un truc du style « je pourrais bien te baiser ».
 
Le train arrive, celui qui parle de sexe monte avec moi. On discute durant le voyage.
 
Il me dit je ne sais plus quoi mais je sens qu’il ne dirait pas non à un truc sexuel avec moi.
 
Un autre arabe jeune assis plus loin à notre droite entre dans la dialogue pour dire je que je suis une mademoiselle je crois. L’autre disait monsieur je crois. Enfin ca parlait de mon genre.
 
Je dis ca dépend du sens qu’on donne à homme.
 
Le premier dit « c’est dieu qui m’a crée homme ».
 
L’autre dit « un homme = avoir un zgeg ».
 
Je réponds : un enfant de 4 ans avec une bite est un homme ?
 
Il dit non, il lui manque…et fait un signe vers sa tête, pour désigner le cerveau.
 
Je dis il lui manque quoi, un identité de genre ? Un sexe psychique ? Il hésite et finit par dire oui.
 
Je lui dis que le genre ou sexe psychique ne découle ni e la bite ni des chromosomes. Et je donne des exemples.
 
Il me demande depuis quand je suis comme ca.
 
J’explique… que je ne sais pas si je suis comme ca, enfin je me questionne, je commence à sortir pour tester !
 
On parlait assez fort, tout les gens (enfin 2 personnes) de la zone du wagon à 2 étage (on était n bas) pouvait entendre !
Le premier, celui qui me drague, enfin harcèle, dit qu’il n’entend pas quand je parle tourné vers l’autre…je me lève pour aller vers l’autre en disant au premier de venir car si je parle à une mec à droite et l’autre à gauche, c’est compliqué ! Il me suit de façon docile !
Avant de me déplacer j’avais expliqué les théories du DSM…l’évolution entre trav et trans…
 
Une fois tous proches, l’alcoolisé dit : tu es gay tu donnes ton culs à tout le monde.
 
Je dis : pourquoi à tout le monde ? Je ne suis pas gay.
 
L’autre confirme : ca n’a rien à voir avec être gay !
 
Je montre une photo de moi, et une photo de mon cul en levrette.
 
L’alcoolisé kiffe sa race mais nie vouloir baiser. Je lui dis qu’il m’a proposé de baiser sur le quai. Il nie. Il dit qu’il et père de famille. Je réponds comme tous les mecs que j’ai rencontré pour baiser !
 
Ce qui est drôle c’est que celui qui me drague  a eu besoin de dire à l’autre assis qu’il ne me connait pas…il avait honte de kiffer sur moi !
 
L’autre détourne les yeux. Je demande de quoi il a peur. Il dit que ca lui provoque une envie de baiser mais qu’il sait qui je suis…
 
Je pars, un noir qui était devant se retourne amusé, je dis au revoir aux 2 complexés…
 
Au retour : personne ne me parle, à la sortie contrôle !
 
Je vais vers une meuf noire, je dis « je suis déguisé…sur la photo du pass mais c’est bien moi ». Elle : ca vous va bien.
 
A mon avis elle n’a pas pigé que je disais qu’en mec sur la photo j’étais déguisé ! C’était de l’humour…
 
Ah oui, à la fin du premier trajet : une meuf ne peut pas ouvrir porte, son ticket pour entrer est HS, je lui ouvre, elle dit « merci monsieur », je réponds « de rien monsieur ».
 
Conclusion ?
Bah je ne suis pas femme car une femme aurait eu peur et se serais sentir agressée !
Je demande au psychiatre si une personne trans aurait été mal à cause des questions sexuelles avec l’arabe. Il dit qu’elle sait surtout mal d’avoir été dit homme, elle pourrait faire 2 semaines de déprime rien qu’à cause de ca !
Donc je demande si je ne suis pas trans ?
Il dit si, que j’ai juste une façon de communiquer sans gène en mec ou en femme, je suis pareil, il n’y a pas de Dr Jekyll & mister Hyde en moi, ce qui in fine fait trans dans la mesure où ca montre que je ne joue pas en femme, je suis toujours open au dialogue !
Du coup je demande en quoi je ne suis pas un travesti (je demande souvent).
Sa réponse : je suis travesti car je porte des vêtements pour femme en étant désigné homme par la société mais pas pour la même logique qu’un travesti. Lui veut s’amuser, provoquer, jouer, s’exciter, moi je veux autre chose, je veux exprimer un genre selon lui.
Je dis que ya un coté sexuel pour moi quand je suis en femme et que ca me culpabilise car je doute de ma légitimité en tant que trans à cause de ca.  Il dit qu’il y a du sexuel certes mais qu’il y a autre chose en plus chez moi et que cette chose est plus profonde et le classe clairement dans les trans.
Je demande pourquoi selon lui une personne peut voir enfant qu’elle est trans alors que d’autre non (dont chez moi). Est ce que c’est refoulé ?
Il dit que j’étais déjà trans enfant, que j’avais un truc en moi que je ne pouvais pas désigner comme « je suis fille » mais que si on avait bien analysé on aurait vu que j’étais déjà un genre fille. C’est passé à la trap pour un raison qu’il ignore mais la situation trans était présente forcement selon lui.
Que penser de tout ca ?
Bah je plais aux mecs alors même qu’ils voient que je ne suis pas une femme !  Donc on me parle sexe ! Ce qui confirme la fétichisation des trans et que les mecs leur parlent plus librement qu’aux meufs. Certains peuvent y voir un manque de respect !
Mais je me dis surtout que ca signifie qu’il me classe sans s’en rende compte dans les FEMME ! Donc si un mec qui aime les femmes me demande si je suce bien, je comprends qu’il me drague et donc qu’il me voit femme !
Ya des gens cheloux dans le RER…

Lâcher prise, faire confiance et prendre un risque

Transgenre, transsexuelle, transidentitaire, trans, femme trans…

 

Je crois que je suis prête à lâcher prise, à faire confiance à mes 3 psychiatres et à voir la transition comme un remède possible à ma souffrance !

Le psychiatre 1 = Hubert, pense depuis 1 an que je suis transgenre (et que cette fois il ne se trompe pas !), il est OK pour me faire lettre pour hormones et pour vagino-plastie

Le psychiatre 2 = Guetta, pense que je suis trans, il n’a jamais eu aucun doute, il est OK pour hormones et vagino-plastie.

Le psychiatre 3 = Machefaux, que je n’ai vu qu’une fois, pense que j’ai une dysphorie de genre « évidente » et que je dois cesser de pense que la transition est un truc kamikaze ca c’est faux, selon lui ca peut même me rendre heureuse !

Donc je vais commencer les hormones, au moins quelques mois, pour voir…

J’ai rdv le 22 novembre avec spécialiste pour en parler…je ne sais pas si je vais y aller en femme…j’hésite !

Qu’est ce que j’ai à perdre ?

Santé ? Sur 3 mois peut de chance de ruiner ma santé, d’autant plus que now je mange sain.

Vie sociale si j’ai des seins ? Bah j’ai pas de vie sociale ! Vie sexuelle ? Bah je suis 100% passive et j’aime la bite, donc pénétrer des gens ne m’intéressent pas du tout.

Vie amoureuse ? Quand je sors avec une femme je suis plus dysphorique que quand je suis seul, être en couple accentué le malaise donc j’ai laissé tomber l’idée de sortir avec une femme. J’envisage par contre sérieusement (depuis 2 ou 3 ans) de sortir avec homme et les hormones peuvent m’aider à être plus féminine et donc à plaire plus aux hommes et aussi et surtout peut être avoir des sentiments pour un homme (jusqu’à présent ne m’autorisait pas ca, j’avais comme un blocage mental alors que j’aime pourtant le sexe avec les hommes !).

Donc je vais tester la solution que propose la médecine moderne : thérapie hormonale !

 

 

 

 

 

 

Quelles différences (et points communs) trav et trans ?

Transgenre

D’après certains : 2 ans !

Bonne question, je vais y réfléchir plus !

 

LA question

Transgenre, transsexuelle, transidentité, trans

Pourquoi les gens en veulent aux mâles qui veulent être femelles et qui à défaut de pouvoir l’être décident d’être trans ?

On va me dire : « c’est pas normal » !

Certes, mais pourquoi être normal ?

De plus il y a des tas de trucs anormaux dont les gens se foutent, certains trucs encore moins normaux que changer sexe/genre social !!!

Par exemple être debout devant un bar en chemise l’hiver une cigarette à la main car on se drogue en public sans vergogne ! Qui s’en prend à ces gens à part moi ?! Personne ! Moi je leur dis :  » c’est le rdv des cancereux ?! »

On les voit certes (à juste titre) comme des losers pathétiques, des junkies sans force metale mais on ne les mâl(e) traite pas !!!!

Alors pourquoi mâl(e) traiter les trans ?

Un junkie qui fume est bien plus couteux et nocif pour la collectivité qu’un mâle qui enfile un collant et le porte en public !

 

 

 

 

 

Trans = problème de libido ?

Trans, transgenre, transsexuelle…

 

D’après moi, Guetta et Hub on peut décrire la situation psychique trans de la façon suivante :

Un mâle a besoin de faire circuler la libodo de façon féminine, comme une femme dira-on.

Mais commet faire circuler du féminin avec un corps male ?

Faire circuler la libido comme une femme avec un corps mâle est très compliqué car la libido passe par le corps, la sexualité et le rapport social où on joue un rôle de femme au quotidien.

On parle ici de libido au sens large : énergie vitale qui inclue la sexualité mais ne se résume pas à elle.

En gros on évacue la pulsion par baise (passage à l’acte) ou par le contact social (sublimation).

Quand on a le mauvais corps, la mauvaise place sociale, la libido reste bloquée, elle ne circule pas et ce blocage provoque des troubles divers et variés.

On peut du coup se renfermer sur soi et limiter les contacts sociaux car le contact n’apporte rien en terme d’évacuation de libido, voire il peut stresser car on réalise que le contact est frustrant (par exemple le contact avec une femme sexy est stressant quand on veut être une femme !

Du coup on rencontre pas mal de trans auto-érotiques ou d’apparence asexuée car comment baiser avec les autres quand on veut baiser comme une femme alors que l’autre veut qu’on baise comme un homme ?