Etre à la bonne place

Travesti, transgenre, transsexuelle

Un des psychiatres (spécialisé dans les transsexuelles et le genre) que je consulte travaille non stop, de 7h à 22h parfois 23h, 6 jours par semaine !

Je lui dis que c’est un malade.

Il dit que ce qui compte c’est d’être à la bonne place et qu’il est à la bonne place à son job.

Pourtant il lutte pour ne pas dormir quand je parle et ensuite il rentre chez lui en voiture !

Donc je ne suis pas sur qu’il soit à la bonne place à 22h dans son cabinet.

Mais cette histoire de bonne place me parle car mon problème est que je ne me sens pas à la bonne place.

Et j’ai cette idée de mauvaise place quand je regarde les femmes dehors et que je me dis que je ne suis pas comme elles, que je suis un mâle.

Je ne déteste pas être un homme,  je ne me déteste pas non plus tout court, au contraire même, je m’aime tôt court.

Mais je n’aime pas la place que j’ai car je voudrais celle des femmes.

Place qui me semble plus désirable même si je sais qu’objectivement il vaut mieux être un homme car la vie est plus simple en homme.

Et je ne me dis pas ça en voyant des femmes en maillot de bain ou habillée comme un morceau de viande qu’on expose.

Je me dis ça quand je vois des femmes faire des trucs sexuels avec un homme donc il a un coté sexuel.

Mais je me dis ça aussi quand je vois certaines femmes marcher dans la rue ou être assise dans le RER.

Donc ce n’est pas que sexuel car une femme qui marche dans la rue ne fait rien de sexuel en marchant.

D’où peut être qu’il y a une vraie envie d’être une femme, au delà de la pulsion sexuelle et que cette envie d’exprime via la sexualité car c’est la façon la plus évidente d’exprimer qu’on est une femme ?!

Je me dis aussi que je suis  la mauvaise place quand je vois un homme nu et que je me dis que j’ai le même corps et que ce corps est moche !

Ou quand je vois un mec pénétrer une femme et que je me dis que ce qu’il fait est ridicule car on dirait un singe qui fait des vas et viens compulsifs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

#3-eme-sexe, #dysphorie-du-genre, #gender-studies, #genre, #hormonotherapie, #lgbtq, #mtf, #oestrogene, #queer, #therapie, #transgenre, #transidentite, #transition, #transsexuelle, #travesti, #vaginoplastie

Le passing

Travesti, transgenre, transsexuelle

Vaste sujet…

Passer pour une femme. OK mais dans quel but ?

Qu’est ce que ca apporte aux gens d’entendre madame au lieu de monsieur ?

En quoi l’avis des autres doit il nous influencer ?

Veut on passer pour se sentir soi ou pour plaire aux autres ?

Je suis assez perplexe sur la tyrannie du passing.

D’un coté je pense qu’on doit pouvoir s’habiller comme on veut, avoir le genre qu’on veut, et donc si on a une tête de mec et qu’on s’habille en femme en se croyant femme on doit pouvoir le faire librement.

Mais comment ne pas se moquer ou avoir pitié des travestis et transsexuelles qui font mecs déguisés ?!

C’est le premiere réflexe que j’ai et que beaucoup de gens ont.

On se dit qu’ils sont maboules de ne pas se rendre compte qu’ils sont grotesques, d’autant plus quand ils se disent sexy.

Mais en fait ils s’en rendent compte.

Du moins les transsexuelles s’en rendent compte. D’où  la dysphorie de genre.

Les travestis c’est moins sur car ils sont dans le fantasme donc dans un ego trip où ils sont leur propre star, ils sont à leurs yeux la plus belle femme du monde quand ils enfilent leur tenue de wonder woman.

Donc ceux qui sont ridicules : soient ils s’en foutent totalement des normes (ce qui est impressionnant pour les autres et ils sont alors parfois dans une démarche queer), soit ils en souffrent mais ne peuvent pas faire autrement que de se mettre en femme, quitte à se ridiculiser en public.

Et je commence à penser que ces gens qu’on trouve ridicules sont plus femmes que les « vraies » femmes sexy qu’on nous vend dans les médias !

 

#3-eme-sexe, #dysphorie-du-genre, #gender-fluid, #gender-studies, #hormones, #lgbtq, #mtf, #oestrogene, #passing, #queer, #transgenre, #transidentite, #transition, #transphobie, #transsexuelle, #travesti