J’ai une lettre pour débuter les hormones !

Hub m’a fait une lettre sans même que je la demande.

J’ai simplement dit avoir rdv dans 2 jours avec Hacher et demandé s’il allait demander une lettre et si Hub pouvais lui dire par SMS « OK pour hormones »  si Hacher ne me croit pas quand je dis que Hub est OK.

En plus, dans la lettre, il a parlé de trans-identité et dit j’étais prête pour une transition !

Or j’ai jamais parlé de transition, juste que je voulais voir si hormones possibles ou non avec ma santé.

Il me pousse Hub…bon, après 4 ans, c’est un peu normal ?!!!!

Donc je résume ma situation :

J’ai 2 psychiatres (Hub et Guetta) qui  me connaissent bien et qui disent que je suis une personne trans. Ils disent n’avoir aucun doute.

J’ai un 3 ème psychiatre depuis peu (Mache), que j’ai vu une fois, et qui dit que j’ai une dysphorie de genre évidente et qui dit à demi mots que si je réclame une transition gratos à Sainte Anne il m’aidera car qui dit dysphorie de genre dit droit à des soins et les soins c’est hormones + chirurgies à Sainte Anne et non thérapie pour vivre avec.

Je pense donc qu’il est assez raisonnable de dire que je ne suis PAS un homme et que je suis dans quelque chose qui est dans la trans-identité au sens large sachant qu’on y trouve des tas de situations très diverses et souvent loin du cas d’école de la personne très féminine qui se dit fille dans un corps de garçon à 5 ans.

Donc je suis TRANS !

Cool, enfin non pas cool car moi je n’ai pas envie d’être trans mais d’être femme/femelle !

Et je sais que c’est impossible.

Mais je sais aussi ce que si qui se rapproche le plus de ce que je veux être c’est être une personne trans qui fait une transition pour avoir une apparence la plus féminine possible afin de vivre une vie de femme normale.

La question est alors = est ce que je veux faire une transition ?

Et bien j’en sais rien !

Enfin, je sais si je veux mais je ne sais pas si je vais faire.

J’explique :

  • si on me garantit que la  transition me permettra après disons 3  ans (pas de suite donc, je suis patiente !) de me regarder dans la glace et de voir une femme, qu’elle me permettra de sortir dehors sans être repérée comme trans, qu’elle me permettra d’avoir une vie sexuelle et amoureuse banale de femme avec des hommes qui aiment les femmes, le tout sans ruiner ma santé, alors OUI, OUI et OUI, je veux une transition et même je la commence DE SUITE, donc je n’ai aucun doute sur mon envie d’être femme.
  • si la transition me condamne à vivre à vie comme un mec en robe dont on se moque et qui en prime ruine sa santé avec des hormones, alors NON, je ne veux pas de transition.

Et que se passe t’il je me retrouve entre ces 2 extrêmes ?

A savoir que je ne ruine pas ma santé mais je l’abime un peu (je perds 3 ans en espérance de vie en bonne santé ou j’ai une maladie mais elle ne m’empêche pas d’avoir un vie normale car je prends des médicaments ou je fais des choses pour la tenir sous contrôle) et je ne passe pas totalement pour femme mais que si je fais un peu plus d’effort je passe quasi tout le temps.

Et bien je crois que je commence aussi une transition car pour moi être une femme est la chose qui compte le plus après ne pas être gravement malade (mais là c’est pas un objectif qu’on poursuit mais simplement un truc que la plupart des gens ont et qu’ils perdent tous avec l’âge).

La dysphorie est assez proche d’une maladie qui pollue la vie et si je parviens à la supprimer ca viendra compenser l’arrivée d’une maladie liées aux hormones !

Donc il ne serait pas farfelu de commencer une transition aujourd’hui !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités